Riche Idée

Achat immobilier ou location : quelle solution choisir ?

Dans le contexte actuel de baisse des prix et des taux de crédit, la réponse à l’éternelle question « acheter ou louer son logement ? » n’est plus aussi simple que dans une conjoncture de hausse. De nombreux facteurs sont à prendre en compte avant de parvenir à asseoir son choix. Voici un guide pour y voir plus clair, et peser en tout connaissance de cause le pour et le contre.

Acheter ou louer ?

Tôt ou tard, la question se pose de savoir s’il vaut mieux acheter ou louer sa résidence principale. Dans l’absolu, la plupart des professionnels de l’immobilier vous répondraient du tac au tac : acheter ! En effet, pourquoi continuer de verser un loyer mensuel et de jeter son argent par les fenêtres, quand on peut utiliser la même somme pour payer son crédit immobilier ?

Or, pour trouver une réponse à cette question, l’argument financier ne peut pas être le seul. D’autres facteurs méritent d’être pris en compte avant de choisir une option plutôt qu’une autre – des facteurs économique ou non. Par exemple, il peut s’avérer plus économique de louer son logement plutôt que de l’acheter, dans certaines zones (comme Paris), si vous n’avez pas l’intention d’y rester plus de dix ans.

Le match achat immobilier VS location immobilière

Par rapport à la location immobilière, plus souple et souvent moins onéreuse mensuellement, l’achat immobilier s’accompagne des contraintes suivantes :

  • Les mensualités sont souvent supérieures aux loyers. Devenir propriétaire demande en principe un effort financier supplémentaire, et ce indépendamment d’un apport personnel même conséquent. Les intérêts à rembourser et les frais de notaire, à eux seuls, augmentent conséquemment la mensualité à verser.
  • Des frais importants sont à prendre en compte. Lors d’une location d’appartement, vous ne déboursez que le montant du loyer. Mais pour un achat immobilier, il faut prendre en compte les intérêts du crédit (qui peuvent coûter d’autant plus cher que la durée du prêt est importante, sauf à bénéficier d’un prêt à taux zéro), les éventuelles charges de copropriété, la taxe foncière ainsi que les dépenses exceptionnelles (travaux dans les parties communes de l’immeuble, ravalement de façade, remplacement de plomberie, toiture, etc.) qui peuvent s’avérer très onéreuses.
  • La durée est une donnée essentielle. Pour que l’achat immobilier soit plus rentable que la location immobilière, il faut conserver son bien un certain nombre d’années : au moins six ans (à lire dans cet article). Et ça, c’est pour la province. À Paris, il faut compter sur un minimum de 20 ans pour que l’acquisition devienne intéressante. En-deçà d’un horizon de 5 années, mieux vaut louer qu’acheter.

On le voit : la réponse dépend de nombreux paramètres. Dans certaines configurations, il est clair que la location reste plus avantageuse. Dans d’autres, l’acquisition peut être une bonne opération, notamment dans le cas de l’investissement locatif.

Les facteurs d’un bon achat immobilier

Même si les prix de l’immobilier ont connu une légère baisse en 2015 (voir pour cela le bilan de l’année passée) et que les taux s’avèrent avantageux, il reste qu’un achat immobilier est une opération financière très lourde. Dans ce contexte, il est donc logique de pencher du côté de la location d’appartement ou de maison plutôt que de celui de l’acquisition.

Néanmoins, les bons côtés de l’achat immobilier ne se présentent plus : sécurité, confort, assurance d’avoir son logement à soi, épargne forcée, éviter de perdre de l’argent, possibilité de plus-value à la revente, etc. Heureusement, dans certains cas, il peut s’avérer intéressant d’opter pour l’achat plutôt que pour la location. Voici lesquels.

(h3) La durée de rentabilité en fonction des villes

Tout dépend du lieu ! Comme on peut le lire ici, acheter son logement est plus avantageux dans plus de la moitié des grandes villes françaises, dès lors que l’on compte y vivre plus de 3 ans et demi (un délai plus court que les 5 années communément admises). Caen, Clermont-Ferrand, Lille, Limoges, Montpellier sont des communes où la durée de rentabilité est à l’avantage de l’acheteur.

Les écarts d’une ville à l’autre peuvent être considérables. À Paris ou Boulogne-Billancourt, la durée de rentabilité d’un achat immobilier peut grimper à 14,5 ans ou 16 ans ! Contre 2 ans à Saint-Étienne ou 1 année seulement au Havre…

(h3) Des taux de crédit avantageux

L’autre gros avantage de l’achat immobilier par rapport à la location immobilière, ce sont les taux de crédit. Après avoir connu un plus bas historique mi-2015, les taux en 2016 semblent vouloir rester à des niveaux très intéressants. Ils s’établissent en moyenne à :

  • 1,6 % sur 10 ans
  • 2 % sur 15 ans
  • 2,3 % sur 20 ans

Ce qui donne l’occasion d’un investissement immobilier particulièrement avantageux en 2016, surtout si l’on conjugue ces taux à la tendance à la baisse des prix qu’a connu le marché l’année dernière.

(h3) Les bienfaits de l’investissement locatif en 2016

Une bonne opportunité d’achat immobilier consiste à investir dans le locatif. Ce type d’investissement peut notamment servir d’apport pour la future acquisition de sa résidence principale. Si les moyens vous manquent pour être propriétaire, ou si des déplacements professionnels réguliers vous empêchent de vous stabiliser, investir dans un logement dans une petite ville et le mettre en location peut être un excellent placement.

C’est d’autant plus vrai que le dispositif Pinel offre des bénéfices considérables dans le but d’encourager à l’investissement locatif : sous conditions, cette mesure permet d’obtenir une réduction d’impôt qui peut s’élever jusqu’à 21 % du montant de l’investissement (jusqu’à 63 000 €), avec la possibilité de louer le bien à ses proches. Pour cela, l’acquéreur doit s’engager à louer le logement pendant une période déterminée : 6, 9 ou 12 ans, avec une réduction d’impôt proportionnelle (12, 18 ou 21 %), et doit s’adapter à un plafonnement du loyer.

Les commentaires sont fermés.