Riche Idée

Combien de crédits ai-je le droit de contracter ?

Il n’existe aucune restriction légale. Cependant, il est recommandé de ne pas dépasser un seuil d’endettement de 33 % (tous crédits confondus) par rapport à vos revenus.

Votre organisme de crédit peut ainsi évaluer votre capacité de remboursement à partir du « Reste à Vivre » (RAV). Le RAV représente la somme minimale devant vous permettre de faire face à toutes vos charges courantes : loyers, services de base (téléphone, électricité, etc.), assurances, etc. Pour déterminer votre capacité de remboursement, l’organisme prêteur déduit donc le RAV de vos ressources.
La récente réforme du crédit à la consommation impose aux organismes prêteurs d’évaluer votre capacité à rembourser votre prêt : la solvabilité. Ainsi, lors du dépôt de votre demande de prêt, votre établissement doit consulter le fichier FICP recensant les incidents de remboursement sur les crédits aux particuliers. Si vous avez des difficultés à rembourser un prêt en cours, un nouveau prêt ne pourra pas vous être accordé.

Par ailleurs, lors du dépôt de votre demande de prêt, votre interlocuteur a l’obligation de remplir avec vous une « fiche de dialogue » pour faire le point sur vos revenus et votre niveau d’endettement. Cette fiche recensant vos revenus et charges fera l’objet d’une déclaration sur l’honneur de votre part. Pour tout crédit de plus de 3 000 €, elle doit être attestée par des documents justificatifs (identité, domicile, revenus).

8 Commentaires

  1. Bonjour,

    C’est sympa ces articles explicatifs. Les notions sont faciles à comprendre!
    Ce que tu dis est bon à savoir pour tout le monde 😉

    A bientôt!

    Pierre-Antoine

  2. Merci pour ton commentaire.
    J’essaye de faire des articles assez génériques et courts.

  3. Autant éviter de faire des crédits à la consommation.
    Ça plombe un budget, et ça enrichit le banquier. Mieux vaut économiser pour ensuite se faire plaisir.

    • C’est le même cas pour les crédits immobiliers. Les banquiers calculent le reste à vivre. De plus, il existe des crédit à la consommation inférieur au taux du livret A (2% sur 1 an par exemple).

  4. Je ne suis pas vraiment d’accord sur la limitation des 33%.
    C’est une limitation imposé par les banques. Elle ne signifie aucunement qu’il est mieux de s’y tenir.
    De plus le RAV, n’est pas vraiment utilisé : vous pouvez difficilement dépasser les 33% même si votre RAV est important.

    Ensuite, les crédits immobiliers locatifs sont quand même un instrument d’augmentation du capital non négligeable.

  5. Comment une banque peut savoir le nombre de crédits qu’un particulier a contracté ?
    Sachant qu’on peut prendre des crédits dans des banques différentes

    • Elle ne sait pas mais elle peut vous demander des justificatifs comme vos relevés de compte lors d’un crédit immobilier.

  6. Il faut également savoir distinguer les bons et les mauvais crédits. Avoir recours à une banque pour obtenir de l’argent à utiliser tout de suite et en le remboursant plus tard n’est conseillé que dans le cas d’un financement d’investissement (création ou évolution d’une entreprise, immobilier, formation professionnelle, etc.).

    Tout ce qui est crédit à la consommation ou crédit revolving amène, au contraire, à payer 10 ou 20 % plus chers les produits achetés. Au bout du compte, cela vient imputer fortement son pouvoir d’achat. Malheureusement on vit dans une société du tout, tout de suite, maintenant, sans prendre conscience de ce que cela entraîne pour l’avenir.