Riche Idée

L’analyse fondamentale – 3/3

la-bourseSuite des articles L’analyse fondamentale – 1/3 et L’analyse fondamentale – 2/3.

L’actif net
L’étude de l’actif net d’une société cotée est souvent un point de départ à la réflexion des analystes financiers. L’actif net (on parle également de situation nette d’une entreprise ou bien encore de ses fonds propres) est avant tout une valeur comptable. L’actif net est la différence entre ce qu’une société possède (usines, machines, stocks, locaux, trésorerie, etc.) et ce qu’elle doit (emprunts bancaires, dettes fournisseurs, impôt à payer, etc.).

L’actif net d’une entreprise est donc égal aux capitaux propres comptables de l’entreprise, soit son capital social augmenté de tous les bénéfices qu’elle a réalisés et mis en réserve dans le passé. Il est utilisé par les analystes financiers pour comparer la valeur «comptable» d’une société (mesurée ici par son actif net) par rapport à sa valeur sur le marché boursier. La notion d’actif net revêt d’autant plus d’importance aux yeux des spécialistes de l’analyse financière qu’elle intervient dans le calcul de la rentabilité des fonds propres d’une entreprise (bénéfice net / actif net). Il s’agit là du fameux retour sur fonds propres, le ROE (Return on Equity), si cher aux analystes et aux présidents de sociétés.

Le «free cash-flow» ou flux de trésorerie disponible
Il représente le flux de trésorerie généré par l’actif économique de l’entreprise. Sa formule est la suivante :
Excédent brut d’exploitation (Ebitda)

  • impôt sur le résultat d’exploitation (Ebit)
  • variation du besoin en fonds de roulement
  • investissements nets des désinvestissements.

La variation du besoin en fonds de roulement exprime l’évolution des besoins engendrés par l’activité de l’entreprise, à travers la variation de ses créances clients, stocks et dettes fournisseurs. Le calcul du free cash-flow permet d’évaluer si l’entreprise peut autofinancer ses besoins de financements exigés par son exploitation et ses investissements. Si tel n’est pas le cas, elle devra alors puiser sur sa trésorerie disponible ou recourir aux emprunts bancaires et/ou aux prêts sur les marchés financiers.

La société dans son environnement
Vous devez garder à l’esprit que l’entreprise n’évolue pas en vase clos. De fortes interactions avec son environnement existent, qu’il s’agisse de ses clients, fournisseurs ou concurrents. Il est important d’étudier les tendances du secteur dans lequel évolue l’entreprise et d’analyser quelles sont les performances de ses concurrents. En étudiant les marchés sur lesquels opère l’entreprise, vous devrez être vigilant à la fois à ses approvisionnements, notamment en matières premières, et à son processus de commercialisation (par exemple sa devise de facturation).

Les commentaires sont fermés.