Riche Idée

Le mythe de la diversification: le meilleur conseil que l’on peut vous donner

oeuf_panier_diversificationJ’ai pu lire sur un autre blog cette affirmation : Le mythe de la diversification: le plus mauvais conseil que l’on peut vous donner et je ne suis pas d’accord avec cette affirmation.

Aujourd’hui, la diversification d’un patrimoine est la première chose à faire pour toute personne souhaitant se lancer dans l’investissement.
En effet, vu la volatilité extrême que connaissent les cours des marchés financiers et les risques de crise inhérents au système économique et à la situation géopolitique dans le monde, jouer sur plusieurs tableaux est primordial.
A ce titre, voici quelques conseils simples pour vous aider à diversifier votre patrimoine :
Le premier, c’est l’évidence même, c’est tout simplement de diversifier vos placements quantitativement. Un placement « sûr à 100 % » n’existe pas, que vous achetiez des actions, des obligations d’Etats, des studios ou des entreprises solvables et très solides économiquement, le risque est toujours présent. Bien-placer.fr pourra vous aider à choisir un placement.
La diversification passe en deuxième lieu par la constitution d’une épargne de précaution de court terme sécurisée et disponible à tout moment.
Cela permet de pallier aux besoins récurrents ou ponctuels de sortie d’argent. C’est ce que proposent les livrets d’épargne réglementé et non fiscalisé comme le Livret A, le Livret de développement durable, ou encore les livrets bancaires non réglementés et fiscalisés. Mais aussi le fonds en euros d’un contrat d’assurance vie qui garantit un rendement et dont l’épargne est relativement disponible.

La troisième que vous devrez appliquer pour effectuer une diversification efficace de vos placements, c’est d’avoir plusieurs types d’actifs dans votre patrimoine.
Différentes opportunités s’offrent à vous : la gestion d’actifs traditionnels financiers, l’investissement dans l’immobilier, dans le private equity, dans le foncier (les forêts, les vignes, par exemple…), dans l’art (cf les idées en ligne de placement).
Plus l’échéance est lointaine, plus la prise de risque pourra être grande. A l’inverse, plus on se rapprochera de la date de départ à la retraite, plus le patrimoine sera désensibilisé.

7 Commentaires

  1. Salut,

    Je suis entièrement d’accord avec toi !

    Si on a aucune diversification et que le seul actif qu’on a se casse la figure alors on perd tout !!!

    Il est primordial d’être diversifié avec des classes d’actifs différents, bourse, financier, immobilier…
    Et d’être diversifié au sein de ses classes d’actifs également. Par exemple si on on investi dans les actions, prendre des sociétés de la santé, de l’énergie, de la consommation, etc.

    Donc oui c’est le meilleur conseil que l’on peut donner 😉

    A bientôt,
    Marc.

  2. Bonsoir,

    je te rejoins tout à fait. Ne pas diversifier ses actifs, c’est jouer au casino. Certes la performance sera là si vous avez visé juste, le problème c’est qu’il suffit d’une seule fois. Une seule fois pour perdre son capital.

    Je suis moi-même assez joueur et j’aime les paris risqués, mais s’il y a bien une chose avec laquelle je ne jouerai jamais, c’est mon avenir ou celui de ma famille. C’est pourquoi la diversification de son patrimoine permet d’avoir une assise certaine, une meilleur résilience et souvent une meilleure réactivité face aux différents marchés.

    Maxime

  3. Salut Rémi,

    Je vais mettre les pieds dans le plan sur ce sujet… 🙂

    La diversification est généralement un palliatif pour un manque de conviction ou de maitrise avec ses investissements. C’est acceptable en débutant. Mais au fil de l’acquisition d’expertise et d’expériences, la concentration permet d’améliorer les performances plutôt que de les diluer.

    Aussi, on l’a vu avec la dernière crise financière: un secteur et une zone géographique peuvent tout entrainer dans leur chute. En surveillant correctement ses investissements, on peut se permettre d’être plus concentré en diminuant les risques et en augmentant les performances…

    Ben

    • Ben,

      Il y a des experts et même des gros qui arrivent à faire de très belles perfs en étant diversifiés. Je pense notamment à Berkshire Hathaway…

      Il y a certes les débutants qui diversifient car ils ne savent pas trop ce qu’ils font, et les expérimentés qui le font aussi.

      Effectivement en cas de crise tout le monde en pâti, mais celui qui était beaucoup investi dans le secteur au centre de la crise va y laisser plus de plumes au final.

      Tout ça pour dire qu’il est très utile d’être diversifié, je ne parle pas d’avoir 20 lignes différentes, mais quelques unes qu’on connait très bien comme tu le dis.
      Je ne pense pas que tout soit tout blanc ou tout noir.

      Qu’en penses-tu ? 🙂

      Marc.

      • Salut Marc,

        On est plus ou moins sur la même longueur d’onde alors… 😉

        Avoir seulement 2-3 positions, c’est trop concentré à mon avis. En avoir des dizaines et des dizaines, c’est trop diversifié. Entre les deux, il ne faut évidemment pas tout avoir dans la même zone géographique ou le même secteur.

        Personnellement, je préfère avoir seulement quelques positions et les suivre correctement et être réactif plutôt que d’en avoir des dizaines et ne rien contrôler.

        Ben

  4. Bonjour,

    En tout cas l’article cité n’est pas dénué d’intérêt. Déjà prétendre le contraire de tout ce que l’on a toujours entendu (et qu’on continue d’entendre) doit forcément amener à la réflexion. Ce type est-il un fou furieux ou bien a-t-il exploré une piste doit on ignore jusqu’à l’existence ?

    Ensuite sur le fond il assène de belles vérités. La diversification fait forcément baisser le rendement. Pour répondre à Marc si ceux qui font de belles performances en diversifiant avaient tout misé sur ce qui leur procure le plus gros rendement leur performance aurait été encore meilleure. C’est mathématique…
    Tu vas me répondre -à raison- oui mais peut-on savoir a priori quelle sera la meilleure performance ? Je laisse en suspens cette question.

    Seconde vérité de l’article : comment savoir si nous sommes diversifiés et je rajouterai si nous sommes bien diversifés.
    Je me trouve très exposé en immobilier. Normal c’est mon domaine de prédilection. Je cherche donc à me diversifier et à investir intelligemment en bourse.
    Je parcours des tas de blogs et la seule chose sur laquelle s’accordent les experts c’est sur leur désaccord. Combien de lignes et sur combien de secteurs pour faire un portefeuille correct ?
    Second obstacle quel montant dois-je mettre et ensuite comment le répartir entre les différentes lignes ?

    L’effet de levier en immobilier permet à la fois de jouer une somme importante tout en lissant le risque sur une période longue (la durée du prêt). En clair si je n’arrive pas à louer mon bien je rembourse mon banquier mois après mois (avec mes autres sources de revenus)
    A ma connaissance (je suis un grand débutant donc il y a peut être des possibilités que j’ignore), en bourse l’effet de levier ne fonctionne que sur du court terme (fin du mois boursier pour le SRD) et faire appel à un emprunt bancaire sera difficilement envisageable car les taux ne seront pas comparables avec ceux pour un achat immobilier)

    Or qu’apporte la diversification si le nombre d’oeuf dans chaque panier n’est pas comparable ?
    Est-ce utile d’avoir 3 paniers avec chacun de 4 à 8 oeufs et un dernier panier avec 1000 oeufs ? Si je renverse mon panier aux 1000 oeufs les 3 autres paniers ne compenseront pas ma perte…
    Bref je suis 100 % exposé à l’immobilier mais est-ce que cela changera grand chose au final si je passe à 90 % (ce qui correspond grosso modo à la somme que je souhaite mettre dans un PEA) ?

    Notre hôte nous indiquait récemment que ses revenus passifs représentaient 13.11% de son salaire net et plus de la moitié de ces revenus passifs sont générés par les SCPI.
    Sachant en plus que dans les 32.19% de son deuxième poste le plus rémunérateur il y a le PEA et surtout le PERCO qui ne sont pas librement utilisables (perte de l’intérêt fiscal pour le PEA, le PERCO ne devant en principe n’être débloqué qu’au départ à la retraite)
    Bref malgré entre 5 et 8 sources de revenus passifs (selon si on distingue PEA, PERCO, CT, PEE) cette diversification est-elle réellement efficiente ? Ne s’agit-il pas de beaucoup de travail pour pas grand chose au final ?

    Enfin, tel M. Jourdain qui fait de la prose sans le savoir, la majorité d’entre nous sommes (mal) diversifiés dans la mesure où nous avons une activité (salariée voire indépendante) qui génère la (très) grosse majorité de nos revenus.
    La bourse permet de continuer d’abonder un même panier en oeuf si je me renforce sur la même ligne. En immobilier une fois un achat effectué une nouvelle mise fera obligatoirement l’objet d’un achat d’un autre bien (d’où une diversification)
    Et si comme le dit l’article aucun investissement n’est sur à 100 % rares également sont ceux qui ont une volatilité de 100% sur du très court terme.
    Ainsi en cas de vacance locative la rentabilité de mon investissement baisse mais je suis loin de perdre tous les oeufs de mon panier. Idem en cas de chute des transactions celle-ci n’est vraiment significative que sur les prix bullesques.
    Mon dernier investissement (un studio en bord de plage) peut faire une moins value à la vente (ça a d’ailleurs été le cas pour le vendeur) mais je vous mets au défi de trouver l’équivalent pour seulement quelques milliers d’euros (la bourse est en cela plus risquée)

    Je vais maintenant aporter ma réponse à la question laissée en suspens en début de commentaire.
    Compte tenu des sommes que je suis capable à mettre en bourse (équivalent à ce que je peux mettre comme apport pour un nouvel investissement locatif) et des rentabilités que je peux obtenir disons du 6% net (jusqu’ici je fais beaucoup plus mais soyons pessimiste) il faudrait pour dégager le même montant que je fasse du 70%.
    Il est évident que j’en suis totalement incapable…

    Pourquoi dans ce cas diversifier le gain serait ridicule pour un risque beaucoup plus important (car je suis loin de maîtriser la bourse comme je maîtrise l’investissement immobilier)
    Pour faire un parallèle avec l’actualité si vous avez d’énorme chance d’obtenir une médaille d’or olympique en bobsleigh allez vous risquer de vous casser une jambe en vous engageant sur le super-G alors que vous ne savez pas skier ?

  5. Je pense que deux concepts sont mélangés ici, soient le « money management » et la diversification à proprement parlé. Tout de même, c’est toi Rémi qui a le bon angle à mon avis.