Riche Idée

L’or brillera-t-elle de nouveau en 2014 ?

2013 a été la première année de baisse de l’or depuis 13 ans avec un petit -25%.
Fin 2002, une once troy (un peu plus de 31 grammes) du métal jaune valait un peu moins de 400 dollars.
Aujourd’hui, vous devrez débourser 1230 dollars pour la même quantité d’or au lieu de 1700 dollars l’an dernier (cf L’or continuera-t-elle à briller en 2013 ?)

Cependant, le mouvement actuel pourrait aussi augurer l’affirmation progressive d’une tendance à la baisse sur le cours du métal jaune. La baisse est alimentée par trois facteurs principaux:

1. La diminution des achats d’or par l’Inde

L’Inde a décidé de drastiquement diminuer ses achats d’or alors que le pays était l’un des moteurs en la matière. Avec l’imposition de taxes pour limiter les exportations du métal jaune, on peut anticiper que l’Inde va réduire son approvisionnement sur le marché mondial dans les prochains mois. Au cours de l’année écoulée, New Delhi avait importé pour près de 50.000 milliards de dollars d’or ce qui avait largement soutenu les cours mondiaux mais aussi eu pour résultat d’alimenter le déficit des comptes courants, entraînant des problèmes économiques internes importants et une instabilité de la roupie cet été. La démarche suivie par l’Inde va avoir inévitablement des répercussions sur le cours de l’once et pousser à la baisse les prix.

2. L’inflation reste extraordinairement bas

L’inflation, qui est historiquement un moteur d’achat d’or, est à des niveaux extrêmement bas dans les pays développés, avec parfois même des situations proches de la déflation, et souvent contenue dans les pays émergents. Par exemple, la Chine. De fait, les investisseurs cherchent moins à se protéger contre la hausse des prix. Les perspectives d’inflation restent même largement en-dessous des cibles des banques centrales dans les pays de la Triade.

3. L’appétit au risque est de retour

Enfin, le dernier facteur de baisse pour l’or est le retour de l’appétit au risque sur l’ensemble des marchés financiers. Bien que la reprise économique tarde dans la zone euro, c’est déjà une réalité en Chine et aux Etats-Unis, deux pays qui sont au coeur de l’intérêt des boursicoteurs. Ces derniers recherchent des actifs financiers à plus fort rendement, plus attractifs et se ruent assez logiquement sur les actions au détriment d’une classe d’actifs privilégiés en période d’aversion au risque. Comme l’or. Le « tapering » ne constitue d’ailleurs en rien une source d’inquiétudes pour les investisseurs et il est fort probable que l’année 2014 sur les marchés financiers confirme l’embellie économique.

Pensez-vous que l’or va retrouver ses sommets en 2014 ?

Un Commentaire

  1. Bonsoir,

    Tu occultes que la demande chinoise en or d’investissement reste robuste selon le World Gold Council.
    Par ailleurs, la FED ne peut pas arrêter le QE car il n’y a pas d’acheteurs long terme de la dette publique US et les taux d’intérêts risqueraient d’augmenter. Ce qui n’est pas bon pour l’immobilier et les finances publiques de la Maison Blanche.

    Cdt.

    Sovanna SEK, auteur du blog GenY Finances.