Riche Idée

Partage des charges entre locataires et propriétaires

Locataire, voilà tout ce que vous devez savoir pour rester « copain » avec son propriétaire.

Les petites réparations
Locataire, vous êtes en charge de l’entretien et des petites réparations des éléments de la vie courante (plomberie, électricité, chauffage), des équipements mis à disposition (électroménager, climatiseur, …), des revêtements (murs, sols, plafonds) mais aussi de la propreté de votre logement.
Pour comprendre en une phrase, prenons l’exemple d’une fuite d’eau : c’est à vous de changer le joint du robinet si nécessaire, mais pas le robinet lui-même, qui sera le cas échéant remplacé aux frais du propriétaire.
Cependant, vous n’êtes pas tenus de supporter le coût des réparations si les dégradations surviennent suite à un vice de construction ou une malfaçon avérés.

Les gros travaux
Les grosses réparations, les travaux de conservation ou d’amélioration de l’état du logement (toiture, façade, espaces verts…) mais aussi les grosses réparations domestiques (remplacement de la chaudière, des fenêtres ou des volets…) sont en revanche à la charge de votre propriétaire.
La mise aux normes de l’ascenseur ou encore l’installation de portes coupe-feu ou d’un autre dispositif anti-incendie sont également imputables au propriétaire des lieux. Il en ira de même du renouvellement de l’équipement des parties communes (digicode, tapis, fenêtres…)

Charges et impôts
En tant que locataire, et c’est logique, vous devrez payer les charges d’entretien des parties communes et de votre logement (ménage, enlèvement des ordures ménagères…) en totalité, sauf si votre résidence dispose d’un concierge (là, le propriétaire participe à 25% des frais). Electricité, gaz, eau, téléphone, internet et même location des compteurs sont à vos frais, cela va sans dire. Les factures du ramonage de la cheminée, de la vidange de la fosse d’aisance, de la dératisation ou désinsectisation de l’immeuble vous seront également adressées. En revanche, les frais de gestion du syndic seront prélevés auprès du propriétaire.
Quant aux impôts, c’est bien simple : le propriétaire paiera la taxe foncière, le locataire la taxe d’habitation.

En cas de litige
Votre propriétaire doit vous mettre à disposition un logement en bon état et s’assurer qu’il le demeure. S’il refuse de se conformer à ses obligations, vous pourrez saisir le tribunal d’instance. Ce dernier pourra vous permettre d’effectuer à vos frais les travaux nécessaires, dont le coût est ensuite déduit des prochains loyers.
Mais les litiges interviennent le plus souvent en fin de contrat. Après un long bail, difficile de s’y retrouver entre l’état des lieux à l’entrée et les responsabilités de chacun durant la location. Sachez faire le distinguo entre « usure » et « dégradation ». Le second peut vous être imputable, pas le premier. Au moment de lui rendre les clés, votre proprio ne pourra vous reprocher que le plancher ait pris dix ans, mais si vous vous êtes amusés à faire des trous dedans, c’est un autre problème…

9 Commentaires

  1. Merci d’avoir pris le temps d’écrire cet article. J’ai lu seulement des choses intéressantes que je ne savais pas.

  2. C’est fréquent de constater que les relations entre bailleurs et locataires sont toujours tumultueuses, pourtant, ils sont amené à vivre au même endroit, cette initiative conciliatrice ne peut que provoquer en moi de la satisfaction, merci.

  3. Ca fait toujours plaisir de lire ce genre d’infos de temps en temps pour les garder tête!

  4. C’est en effet en fin de contrat que mes difficultés sont arrivées… Mais ils ne faut pas baisser les bras, le propriétaire a parfois des choses à se repprocher, et l’idée du tribunal lui fait souvent peur, ce qui permet de négicier une sortie honorable…

  5. Merci pour cet article, vos infos peuvent ouvrir les yeux de certaines personnes qui n’ont pas une expérience dans ces histoires de propriétaire, mais pour moi la règle d’or c’est de garder une bonne relation avec le propriétaire pour négocier s’il y’a des problèmes sans avoir recourt au tribunal.

  6. Je connais les deux positions, bailleur et locataire, et je confirme que malgré que les notions soient assez connues et logiques d’ailleurs, les relations entre les deux sont inévitablement difficiles dans la plupart des cas. Vaut mieux mettre tout au clair dès le départ pour vraiment être « copains ».

  7. Bonjour,

    Merci pour cet article récapitulatif.

    Un phénomène nouveau est le fait que si c’est une régie qui loue le bien, elle fait désormais appel à une société tierce pour réaliser l’état des lieux de sortie. Cette dernière réalise une véritable enquête, digne de la police scientifique, à la recherche des dégradations (photos et rapport à signer sur le champ!).
    Cet état de sortie est souvent très pointilleux et surtout il n’est pas réalisé de la même façon qu’à l’entrée dans les lieux. Au départ, on vous donne l’état de sortie du locataire précédent et on vous dit « faîtes les remarques dessus ».
    Mon conseil : « soyez intraitable, ne laissez rien passer » car sinon vous ne récupérer que des miettes de votre caution au moment de la sortie de la location.

    A bientôt,

  8. merci pour le temps que vous passer sur ce blog et les informations que vous faites figurer.