Riche Idée

Comment monétiser un site

Payez-vous en premier
Monétiser son site Internet, c’est-à-dire gagner de l’argent grâce à son site web ou son blog ? L’idée est séduisante, mais ne vous y trompez pas : contrairement à un jeu de roulette ce n’est pas de l’argent facile ! Les webmasters chevronnés vous le confirmeront : faire vivre un site intéressant qui génère beaucoup de trafic et qui apparaît dans les premières pages des moteurs de recherche, c’est du boulot au quotidien !

Les solutions (miracles) proposées pour rendre son site Internet rentable ne manquent pas, certaines sont plus efficaces que d’autres, mais attention aussi à ne pas faire fuir les visiteurs avec des publicités intempestives qui gêneraient la navigation ou qui seraient mal ciblées… La volonté de mise en place d’un système de monétisation de son site implique qu’une réflexion et des recherches amont ont déjà été faites (profil des visiteurs, centres d’intérêts), et qu’il ne reste plus qu’à choisir la meilleure solution.

Pour vous aider à choisir justement, voici un petit tour d’horizon (non exhaustif) des possibilités qui s’offrent à vous, l’idéal étant souvent de faire appel à plusieurs solutions en simultané pour augmenter vos revenus:

  1. La première idée simple qui vient à l’esprit est évidemment d’insérer une publicité classique : plus elle est vue, plus elle vous rapporte. C’est ce qu’on appelle le CPM (Coût Par Millier de bannières vues) : chaque fois qu’une bannière placée sur votre site est vue 1000 fois, vous percevez une commission. Comme le CPM moyen tourne entre 2€ et 5€, le calcul est vite fait : il va en falloir des visites par mois si vous comptez en vivre ! Cela signifie donc que pour obtenir des revenus conséquents, votre site doit non seulement bénéficier d’un assez grand volume de pages vues, mais qu’il doit aussi être très (très) souvent visité…
  1. Le CPC (Coût Par Clic) est une autre solution, un peu plus rentable que la précédente. Comme son nom l’indique, vous touchez une commission à chaque fois qu’un internaute clique sur la bannière présente sur votre site. Ce système s’appelle l’affiliation. Elle peut être mise en place de façon individuelle par un site, soit faire partie d’un système multi-programmes. Une fois inscrit, vous pourrez choisir (donc cibler) les programmes auxquels vous voulez participer. Le ciblage est très important car une publicité pour un casino en ligne aura très peu de chance de retenir l’attention d’un internaute visitant un site de plongée sous-marine par exemple. Le gain par clic est relativement faible (de 0.05 à 0.20€ par clic), mais vous bénéficiez de primes supplémentaires, en fonction de la plateforme d’affiliation choisie. A noter : ces partenaires attendent que vos gains aient atteint un certain montant (entre 15 et 100€) avant de vous payer…
  1. Vous pouvez également faire appel à une régie publicitaire. C’est une entreprise qui s’occupe de trouver des annonceurs et de diffuser leurs publicités sur les sites d’un réseau. Il faut donc vous affilier à ce réseau, et celui-ci affichera automatiquement des liens sponsorisés liés à la thématique de votre site. Vos commissions seront soit des CPV (Coût Par Vente) ou des CPA (Coût Par Acquisition) pour des sites marchands. Quant au CPC classique, il dépend du montant qu’une entreprise est prête à donner pour un mot clef, et varie en général entre 0.01 et plusieurs dollars! Le plus connu des systèmes est AdSense, qui dépend de Google. Le prix du clic est plus élevé que dans le cas d’une affiliation, mais il est impossible de choisir ses annonceurs… Par contre un outil de filtrage vous permet de ne pas afficher les annonces que vous ne trouvez pas pertinentes ou celles qui vous font concurrence !
  1. Si vous avez une âme d’écrivain, pourquoi ne pas mettre votre talent à contribution pour rédiger des billets sponsorisés à propos d’un produit ou d’un service sur votre blog ou votre site ? A mi-chemin entre Buzz Marketing et vente de lien, ce système légal dit « pay-per-review » permet d’être bien rémunéré par les annonceurs (entre 50 et 500 dollars), en fonction de la qualité de la rédaction et du Page Rank de votre site évidemment !
  1. Enfin, il est possible de s’affranchir de toute publicité et de générer quand même des revenus, en rendant payant le contenu de tout ou partie de votre site, ce qui peut être une bonne idée si vous gérez un site de services. Dans ce cas, il faut être en mesure de proposer à l’internaute plusieurs types de paiements. Que vous optiez pour les systèmes d’appels téléphoniques délivrant un code d’accès, les systèmes de micro-paiements ou de paiement électronique en ligne, voire les trois, n’oubliez pas que si votre site n’apporte pas de valeur ajoutée, et que (pire !) les mêmes informations sont disponibles gratuitement ailleurs, le choix des internautes sera vite fait…

Pour finir, un petit conseil. Il est évident que les sites ont mis en place un détecteur de faux clics. Alors évitez de cliquer vous-même sur les bannières, pour générer du chiffre, vous risquez d’être banni du système ! Enfin, et surtout, ne perdez pas de vue que ces revenus publicitaires ne sont pas des cadeaux faits aux webmasters, ce sont bien des revenus… qui nécessitent une déclaration à votre centre des impôts préféré et sur lesquels vous devrez payer des cotisations sociales, si, si, si ! Or comme un particulier ne peut actuellement pas déclarer de revenus publicitaires, cela va vous obliger à changer de statut. Alors pourquoi ne pas créer votre propre petite entreprise avec le statut d’auto-entrepreneur ou faire appel à une société externe – dit de portage – chez qui vous serez salarié ? Quoi qu’il en soit, avant de commencer à monter un projet qui peut être théoriquement très rentable, n’oubliez pas les implications et les contraintes, qu’elles soient techniques ou légales…

Cet article a été rédigé en collaboration avec Casinotoplists

10 Commentaires

  1. Ping : Tweets that mention Comment monétiser un site | Riche Idée -- Topsy.com

  2. Ping : Tweets that mention Comment monétiser un site | Riche Idée -- Topsy.com

  3. Excellent sujet, merci pour ces infos. longue vie à ce blog!

  4. Le problème de ce genre de pub « à bannières » c’est, comme tu le dis, que cela rapporte peu. Le principal problème est que ces bannières ne sont pas du tout ciblées pour le public du site.

    Un meilleur moyen pour monétiser son blog, c’est de mettre de publicité en affiliation, en sélectionnant des produits en rapport avec le thème de son blog.

    L’étape ultime étant de créer son propre produit (livre, formation, etc.) et d’utiliser son blog pour le vendre.

    • Mais ce qui me rapporte le plus, c’est la vente de liens devant l’affiliation. Tout dépend du site. Par exemple sur BetFr.net, l’affiliation est très rentable car très ciblé.

  5. Il est vrai que depuis plus d’un an la vente de liens peut rapporter pas mal, notamment pour des sites n’ayant pas beaucoup de visites

    • Même plus qu’un an, j’ai commencé, il y a au moins 4 ans à vendre mes premiers liens mais depuis j’ai multiplié par 2 leurs nombres chaque année.

  6. Bonjour,

    Je voudrais ajouter notre solution thempfactory qui est aussi une solution de monétisation !

    Il s’agit d’une marketplace clé en main en marque blanche, avec des fonctionnalités très poussées e-commerce.

    Certes, elle s’adresse plutôt à des blogs ayant déjà un noyau de visiteurs, mais rien d’empêche les nouveaux à se lancer dans l’aventure. (surtout dans des niches)

    Le but serait donc de proposer du contenu éditorial mais également divers produits dont on parle, et puis percevoir des commissions sur les ventes et non pas quelques centimes par clic.

    D’ailleurs, le journal du net a publié une étude du benchmark group démontrant que la publicité laisse beaucoup insatisfaits.
    http://www.journaldunet.com/ebusiness/commerce/facteurs-rentabilite-e-commerce/monetisation-et-rentabilite.shtml?f_id_newsletter=4302

    Je ne vais pas m’attarder sur les fonctionnalités de notre solution parce que je n’en finirais jamais. Sachez juste qu’une marketplace est une solution très rentable, que vous décidiez de rester dans le B2C ou carrément aller vers C2C; le tout sans les problématiques de la logistique.

    Si quelqu’un a besoin de plus d’information, n’hésitez pas à me contacter, je serai ravie de vous en parler plus en détail, de notre solution ou de notre start up !