Riche Idée

Entre la France et le Canada : gérer ses finances et ses impôts

Les français qui ont fait le choix de s’expatrier au Canada bénéficient de nombreux avantages liés à la double culture francophone et anglophone de ce pays unique, qui offre une qualité de vie exceptionnelle. Toutefois, il est indispensable de connaître de manière approfondie les règles de fonctionnement propres au territoire canadien, notamment en ce qui concerne les aspects financiers et fiscaux.

Comment mieux gérer ses finances ?

Le coût de la vie n’est pas plus élevé au Canada qu’en France. Cependant, il est nécessaire de prendre en compte tous les détails, tels que l’existence d’une taxe qui majore les tarifs affichés en magasin et qui représente jusqu’à 15% du prix total d’un article.

De manière générale, les crédits à la consommation doivent être, autant que possible, évités ou réduits. Ils constituent l’une des causes principales d’endettement pour les français et les canadiens. Si vous êtes confronté à des difficultés de remboursement, vous pouvez demander l’aide d’un consultant, qui pourra vous fournir des conseils fiscaux et trouvera une solution plus adaptée à votre situation.

Le meilleur moyen de gérer ses finances est d’épargner régulièrement. La majorité des banques canadiennes proposent des produits d’épargne. Le plus connu est le CELI (Compte d’Epargne Libre d’Impôt), bien rémunéré et dont les taux perçus ne sont pas imposables. D’autre part, le programme des obligations d’épargne du Canada proposé par les entreprises locales est très commode pour les salariés travaillant sur le territoire. Il leur permet d’épargner la somme de leur choix, prélevée chaque mois sur les salaires perçus.

Comment payez moins d’impôts lorsque l’on vit au Canada ?

Plusieurs opportunités permettent aux canadiens et aux personnes résidant au Canada de payer moins d’impôts. Les propriétaires fonciers, par exemple, qui décident de faire l’acquisition d’un bien immobilier peuvent bénéficier de crédits d’impôts intéressants. Cependant, ces opportunités sont exclusivement réservées à ceux qui souhaitent faire de leur acquisition un lieu d’habitation pour eux-mêmes ou leurs proches.

Les frais professionnels peuvent également être déduits des impôts, sous certaines conditions. Pour connaître le montant auquel vous avez droit, vous pouvez utiliser le calculateur de crédit proposé par l’ARC (Agence du Revenu du Canada) sur son site web.

Le Canada et la France : des systèmes fiscaux différents…et complémentaires

En matière de fiscalité, il existe des différences notables entre les régimes français et canadiens. Si en France, les conditions d’imposition sont les mêmes quelle que soit la région du territoire, il n’en est pas de même au Canada. Outre l’impôt sur le revenu, dont le montant est défini selon les salaires perçus, les canadiens et résidents doivent s’acquitter de taxes à la consommation appelées « Taxes de vente harmonisée » (TVH) et « Taxes sur les produits et services » (TPS).

Si vous vivez au Canada mais percevez des revenus acquis sur un territoire étranger, vous devrez impérativement déclarer tous vos salaires. Cependant, les nouveaux résidents peuvent bénéficier d’avantages particuliers, comme les « fiducies offshore ». Pour les français vivant au Québec, la fiscalité diffère car elle résulte d’un double système d’entente entre la France et le Canada.

Bon à savoir : il existe une convention sociale établie entre la France et le Canada, spécialement destinée aux résidents étrangers originaires de l’hexagone. Ce système permet d’éviter les doubles impositions et de prévenir les risques d’évasion fiscale. En contrepartie, il oblige les contribuables à respecter scrupuleusement les règles édictées par la fiscalité canadienne, qui sont établies en fonction du territoire dans lequel ils résident. Les entreprises, comme les particuliers, sont concernées.

Les commentaires sont fermés.