Riche Idée

Etaler son investissement en bourse

Carmignac_Investissement_perf_cumulee_creationInvestir un petit montant tous les mois depuis 2000 dans un fonds actions, permet de s’en sortir mieux que ceux qui ont investi un montant important en 2000. Lorsque les marchés sont volatils, il vaut donc mieux étaler ses investissements.

Le paramètre le plus difficile à maîtriser en matière d’investissement, c’est le timing. Personne ne peut être certain qu’il achète au prix plancher, ou vend au prix le plus élevé. Pour éviter cette difficulté, il suffit d’étaler ses investissements dans le temps, en versant chaque mois un (petit) montant.

Dans le premier, l’investisseur A a versé chaque mois 100 euros dans le fonds entre la fin 1999 et avril 2013: soit au final 161 versements, pour un investissement total de 16.100 euros.

Dans le second, l’investisseur B a versé le montant total de 16.100 euros à la fin 1999. Nous avons comparé les résultats des deux scénarios avec ce qu’a obtenu un investisseur ayant versé tous les mois 100 euros sur un compte d’épargne haut rendement.

On aurait tendance à penser que l’investisseur B va sortir gagnant. Mais ce n’est pas le cas en ce qui concerne les 13 dernières années. Ceux qui ont opté pour un seul versement en 1999 ont essuyé des pertes en avril 2013: des 16.100 euros investis, il ne leur reste que 15.063 euros. Ceux qui ont opté pour les versements mensuels ont encaissé près de 20.000 euros fin avril 2013. Dans 28 des 31 fonds, il était plus intéressant de faire des versements mensuels que d’investir en une seule fois en 1999.

Il ne faut cependant pas conclure que cette méthode est toujours la meilleure solution. Trois fonds qui ont malgré la crise boursière enregistré des rendements positifs, viennent le démentir.

Ceux qui ont investi leurs 16.100 euros dans le fonds Carmignac Investissement à la fin 1999 se sont retrouvés à la tête d’un capital de 42.311 euros fin avril 2013. Ceux qui ont opté pour des versements mensuels, ont empoché 29.992 euros, ce qui représente tout de même près du double de l’investissement initial… Lorsque les marchés sont en hausse pendant une longue période, il peut donc être payant d’investir aussi vite que possible. Hélas, personne ne peut prédire l’évolution des cours de Bourse. Par ailleurs, tout le monde ne peut pas se permettre d’investir d’un coup un gros montant.

8 Commentaires

  1. Et oui, personne ne peut rien prédire, sinon on aurait investit dans les meilleurs fonds listés dans cet article et mieux encore, on aurait ciblé d’autres investissements encore plus rentables !

    De façon générale si on souhaite investir en bourse, c’est plus facile de sortir 100 euros tous les mois que de décaisser une grosse somme d’un coup.

  2. Eh bien qui l’aurait cru, moi même j’aurais pensé que c’est celui qui investit le plus en premier qui sortirait gagnant.

  3. Bonjour,

    voilà une idée intéressante qui va à l’encontre des intérêts cumulés que l’on nous enseigne. Penses-tu qu’échelonner les investissements comme dans ton exemple puisse être reproduit sur d’autres investissements (hors bourse) ?

    Julien

  4. Bonjour,

    En guise de compléments à ce très bon article:

    – cette méthode dite d’investissement progressif est valable pour tout investissement soumis à des fluctuations (actions, OPCVM, SCPI, …)

    – elle est disponible dans certains contrats d’assurance vie (vous versez tout en une seule fois sur le fonds euro et mensuellement, une certaine somme est arbitrée vers les UC choisies)

    – elle peut aussi s’appliquer pour le désinvestissement (exemple des rachats partiels programmés toujours en assurance vie): ceci afin d’éviter de sortir au plus bas

  5. Bonjour,

    Tout à fait d’accord avec le sens de ce billet (c’est d’ailleurs ce que je mets en avant dans la méthode sur mon site).

    Le timing dans l’investissement est quelque chose d’essentiel. Si on a beaucoup de temps (et aussi du talent), on peut se permettre d’investir davantage à des moments clés. Mais si on ne souhaite pas passer trop de temps en analyses, conjectures ou autres, l’investissement mécanique et régulier dans un portefeuille équilibré évite bien des angoisses.

    Bonne journée.

  6. Bonjour !

    Il faut faire comme Warren : investir de grosses ou petites sommes sur des valeurs de qualité quand elles sont massacrées par une crise.

    On distingue 2 sortes de « timing » : le market timing (choisir le bon moment) et le stock picking (choisir la bonne valeur).

    Si vous entrez au bon moment (là, il faut utiliser l’analyse technique) sur les bonnes actions (celles qui grimpent de 100% en un mois) : bingo !

    Par exemple : CONN (+650% depuis fin 2011), AIQ (213% depuis avril).

    Bon, je ne dis pas qu’on peut capter ces 600%, mais une fraction de la hausse, et, ce, régulièrement (car il y a plein d’actions qui grimpent en ce moment), c’est tout bénéf !