Riche Idée

Investir dans le vin : Bien observer l’étiquette avant d’acheter

| 0 Commentaires

On observe une demande pour des formes de placement alternatif, aux avantages parfois encore inconnus. Acquérir des crus de grande garde et les mettre en cave le temps de se bonifier a, depuis toujours, constitué un investissement pour les amateurs de bons vins.

L’étiquette doit guider votre choix d’une bouteille. C’est une vraie mine d’informations, à condition de savoir les décrypter.

Château et autres dénominations
Les trois mentions « château », « clos » et « cru » sont réservées aux vins bénéficiant d’une appellation d’origine (AOC/AOP). Le vin doit être produit uniquement à partir de raisins récoltés dans les vignobles de l’exploitation et la vinification, être entièrement effectuée sur place. Les autres dénominations (abbaye, bastide, chapelle, domaine, mas…) peuvent s’appliquer à l’ensemble des vins avec indication géographique (IG).

Origine (appellation et pays)
La dénomination d’un vin permet d’identifier son terroir de production.
Applicable depuis 2009, la classification européenne (règlement CE no 510/2006 du 20mars) distingue les vins de France (ex-vins de table), sans indication géographique, de ceux avec indication géographique (IG). Ces derniers recouvrent deux familles d’appellations : les vins avec indication géographique protégée (IGP), comme pays-d’oc ou côtes-catalanes, et les vins avec appellation d’origine protégée (AOP).
A noter : depuis 2012, les produits agroalimentaires ne doivent porter que la mention AOP, seuls les vins sont encore autorisés à afficher le label AOC (appellation d’origine contrôlée). Les deux peuvent donc coexister sur l’étiquette. En Bourgogne, la mention « vin de Bourgogne » est obligatoire, quelle que soit l’AOC. « Grand vin de Bourgogne » se rapporte uniquement aux appellations village, premier cru et grand cru. Quant à l’appellation champagne, elle est exemptée de toute information particulière.

Millésime
Le millésime correspond à l’année de la récolte des raisins, et non à celle de la mise en bouteille. Hormis pour le vrac, la totalité des vins sont millésimés. Ce qui signifie qu’au moins 85 % des raisins récoltés l’ont été cette année-là. Cette mention est facultative, excepté sur les étiquettes des vins dits « nouveaux » et « primeur ». En Champagne, seules les meilleures années bénéficient d’un millésime. Par exemple, celui de 2016 est considéré comme excellent, au même titre que ceux de 2009 et 2010.

Teneur en alcool et contenance de la bouteille
Le titre alcoométrique volumique acquis (TAVA), autrement dit la teneur en alcool pur d’un vin, doit être indiqué en unités (ou demiunités de pourcentage) et suivi du symbole « % vol. ». Par exemple, la bouteille ci-contre (75 centilitres à 14% vol.) contient 105millilitres d’alcool. A noter : la contenance standard d’une bouteille de vin est de 75 centilitres. Elle a été définie au XIXe siècle pour correspondre à la capacité de 900 litres des tonneaux de Bordeaux, soit 100 caisses de douze bouteilles. Il existe aussi le magnum (1,5 litre), le jéroboam (3 litres), le mathusalem (6 litres), le balthazar (12 litres) ou le nabuchodonosor (15 litres).

Message sanitaire
Toute étiquette de boisson alcoolisée (plus de 1,2 % vol.), a fortiori celle des bouteilles de vin, doit porter un avertissement destiné aux femmes enceintes préconisant la nonconsommation d’alcool.
La réglementation impose de faire apparaître un pictogramme représentant une femme enceinte dans un cercle barré, ou bien le message suivant : « La consommation de boissons alcoolisées pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves sur la santé de l’enfant. » Ce message doit être inscrit à proximité de la teneur en alcool.

Sulfites
Les allergènes doivent figurer sur l’étiquette. Parmi eux, les sulfites sont indiqués par la mention « Contient des sulfites » ou en anglais « Contains sulfites » dès lors que leur concentration est supérieure à 10 milligrammes par litre. C’est le cas de l’additif E220, anhydride sulfureux, aussi appelé dioxyde de soufre. Les produits à base de lait ou d’oeuf, utilisés comme agents de filtration, de collage ou de conservation, doivent également être signalés.

Lieu de mise en bouteille, nom de l’embouteilleur et numéro de lot Le nom, la raison sociale et l’adresse de l’embouteilleur, qu’il s’agisse du producteur lui-même ou d’une cave coopérative, doivent être précisés sur l’étiquette. La mention « Mise en bouteille au château » est réservée aux vins bénéficiant d’une appellation d’origine. Dans ce cas, l’embouteillage et la vinification doivent avoir lieu dans l’exploitation même et le vin doit être issu exclusivement des raisins des vignobles de cette exploitation. Par ailleurs, un numéro de lot, composé de chiffres ou de lettres, doit obligatoirement être présent sur l’étiquette ou la contre-étiquette, voire aussi sur la capsule, au sommet de la bouteille. Il permet d’assurer la traçabilité alimentaire.

Les récompenses
L’apposition d’une médaille ou d’une distinction décernée lors d’un concours vinicole est admise, à condition qu’elle ne s’applique qu’aux lots primés. La liste des concours vinicoles est publiée au «Bulletin officiel de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes ».

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.