Riche Idée

La discipline est mère du succès

Avec la meilleure stratégie du monde, l’investisseur ayant un processus de pensée comme ci-dessous ne peut être gagnant : il lui manque la discipline.

Il ne suffit pas de savoir choisir une entreprise exceptionnelle, encore faut-il pouvoir l’acheter à bon prix et garder ses convictions, même au cœur de la tempête. C’est cela, la discipline.

Je vais reprendre encore une fois les forums boursiers populaires (Boursorama & co) : le nombre d’investisseurs tombant dans la caricature que l’on peut y trouver est impressionnant. Rien ne sert d’avoir des objectifs longs termes lors de l’achat d’une action si c’est pour liquider sa ligne au premier sursaut de M. le marché.

De grands investisseurs ont pour habitude de dire que l’investissement, d’une manière globale, c’est 1% de stratégie et 99% de discipline. Comment leur donner tort ?

L’ennui est le piège de tout investisseur
Pourquoi certaines personnes ne semblent pas alors pouvoir se tenir à leur stratégie, aussi infinitésimale soit sa pondération dans la grande équation de l’investissement ? Il me semble que l’ennui en est la raison principale. Qu’il est ennuyeux d’attendre des mois voire des années qu’un scénario se réalise, sans toucher à ses positions, en ayant juste à effectuer les vérifications de base au fil des publications semestrielles (voire trimestrielles).

Au lieu de cela, l’investisseur n’ayant pas la discipline nécessaire va regarder très (trop ?) souvent les graphiques et s’enliser dans ce que j’appellerais des « sur-réflexions », consistant à se dire que puisque le marché ne va pas dans le sens de sa stratégie initiale, alors l’erreur se trouve forcément de son côté.

Comment résister à cet ennui ? La solution toute trouvée de mon côté a été d’allonger mon horizon de placement et de prendre une approche patrimoniale de la bourse : à présent, je possède réellement une part des sociétés dans lesquelles j’investis, et non un bout de papier numérique dont la cotation est volatile. Et cela change tout.

Attention : je ne dis pas qu’allonger son horizon de placement est la solution pour tout investisseur, mais c’est peut être un bon début de réponse.

Les trois D. : un début de réussite ?
Comme Philip Roth le disait : « Les trois D. Détermination, disponibilité, discipline, et la réussite est à portée de main. » et c’est bien le propos de mon article. L’investisseur doit être déterminé à atteindre ses objectifs, se dégager des disponibilités, afin de toujours avoir un temps de travail et d’apprentissage dédié à la bourse et surtout, ne laissons pas en chemin la sacro-sainte discipline.

Je le crois avec toute la fermeté de mes convictions : la discipline, outre la stratégie, est définitivement mère du succès.

Les commentaires sont fermés.