Lancer un site e-commerce : et pourquoi pas ?

Lancer un site e-commerce : et pourquoi pas ?
De plus en plus d’entrepreneurs rêvent de se lancer dans l’e-commerce, qui est aujourd’hui un secteur incontournable.
Cependant, débuter dans la vente en ligne ne s’improvise pas. Créer sa boutique en ligne et parvenir à en faire une activité rentable nécessite de respecter certaines règles.
Notez bien une chose : il s’agit d’un vrai projet qui requiert de la réflexion, du temps et de la motivation.

L’e-commerce a le vent en poupe. En 2019, ce sont plus de 40 millions de Français qui ont effectué des achats sur internet.

Le trafic mobile
Ce n’est plus un secret : les smartphones ont envahi notre quotidien et nous servent à réaliser de nombreuses actions. Même à acheter des produits en ligne ! Il n’est pas étonnant de constater que plus de 6,6 millions de Français ont réalisé des achats en ligne depuis leur téléphone.
Les ventes mobiles ont explosé en 2019: + 30% de progression. Ce qui représente tout de même 30% des ventes.

La concurrence
En 2019, la France compte plus de 200 000 sites e-marchands, soit une augmentation de 10% par rapport à 2018. Les sites les plus prisés sont des enseignes bien ancrées dans le paysage internet : OuiSNCF, Cdiscount, eBay, Fnac et Amazon s’accaparent le haut du classement.
Ces acteurs réalisent plus de 70 % du chiffre d’affaires total de l’e-commerce. Les nouvelles boutiques en ligne ont encore une belle marge de progression puisqu’elles ne génèrent « que » 15 % du CA.

La percée des marketplaces
Depuis quelques années, la tendance est aux marketplaces, dont le volume des ventes est aussi en constante progression : + 15% en 2019.
Désormais, les places de marché génèrent 30% du volume d’affaires total des sites e-marchands.

Trouver le Budget
La création d’un site e-commerce nécessite des investissements. Vous ne pourrez pas y échapper, même si vous voulez faire tout, tout seul (erreur !). La création du site internet, les actions marketing à mettre en place, l’acquisition de stock, l’emploi de prestataires… sont des postes de dépenses auxquels vous n’allez pas échapper.
Pour la création d’un e-commerce fonctionnel : il faut compter entre 5 000 € et 15 000 €.
Si vous ne disposez pas de fonds personnels, vous allez devoir vous tourner vers votre banque, des investisseurs privés, votre famille ou, pourquoi pas, des sites de crowdfunding.

Se positionner par rapport au concurrent
Il existe 200 000 e-commerces en France. Pour assurer la réussite de votre projet, vous n’avez pas le choix, vous devez vous démarquer…
Ne cherchez pas tout de suite à rattraper eBay, Amazon ou TopAchat : mesurez-vous à des sites plus petits, qui constituent vos concurrents directs.
Obtenez le plus d’informations possibles sur leur mode de fonctionnement, identifiez et mesurez les points forts de leurs sites et leurs faiblesses. Comparez-les à votre offre.
Analysez aussi le service clientèle proposé, leurs canaux de communication, leur programme fidélité, le tunnel de conversion, etc.

Sauter l’étape « Étude de marché »
Se lancer tête baissée dans le développement de son projet, sans avoir interrogé ses potentiels clients au préalable, reste le meilleur moyen de se planter.

Erreur : quelle est l’erreur en soi ?
Sauter l’étude de marché, c’est ignorer sciemment les besoins des clients et l’univers concurrentiel. Sans ces précieuses informations, il est impossible de connaître le potentiel de son marché, les préférences de sa cible et les offres à créer/adapter pour répondre au mieux à un besoin.
Pourquoi est-il tentant de faire cette erreur ?
Cette erreur est généralement constatée chez les jeunes entrepreneurs qui ont exprimé un besoin personnel et qui ne trouvent pas d’offre pour le combler. Il pense que s’ils ont cette attente, d’autres l’ont aussi.
Dans ce cas, pourquoi passer par une longue, et parfois fastidieuse, étude de marché ?
Quelles sont les conséquences possibles de cette erreur ?
Sans étude de marché ou via un panel d’acheteur https://webloyalty-panel.com, un e-commerce ne peut pas savoir ce que les consommateurs veulent. Il ne connaît pas non plus les offres de la concurrence, et notamment leurs points faibles.
À cet effet, comment adapter sa propre offre ? Sans connaître les besoins, objectifs, motivations et freins de sa cible, il est impossible de construire une stratégie efficiente. Sans parler du choix des produits !
Par ailleurs, en omettant de sonder l’univers concurrentiel, un e-commerçant ne pourra jamais se différencier.
Au final, sa boutique en ligne présentera peu d’intérêt pour les internautes, qui continueront de commander auprès de leurs revendeurs habituels, dont ils connaissent la fiabilité.

No Comments, Be The First!

Your email address will not be published.

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.