Le fantasme des dividendes

Tel est le titre du dernier édito du magazine Mieux Vivre Votre Argent n°441. Pour moi ce qui me dérange le plus ce n’est pas le montant des profits mais la part des actionnaires français pour toucher ces dividendes et les réinvestir en France.

Les actionnaires non-résidents des entreprises du CAC 40 viennent surtout d’Europe et des Etats-Unis. Avec quelques acteurs de poids comme BlackRock et le fonds souverain norvégien.
Ensemble, ils détiennent 540 milliards d’euros d’actions investies dans les fleurons de l’économie française. Ils sont même majoritaires dans 10 entreprises du CAC 40. Mais qui sont ces investisseurs « non-résidents » qui détiennent 44 % du CAC ?

Ils viennent d’abord d’Europe. Ainsi 45,3 % des actions et parts d’OPC (organismes de placement collectif) français détenus à l’étranger le sont au sein de la zone euro, avec un poids important du Luxembourg (15,9 %), symbole de l’importance prise par l’industrie de la gestion d’actifs dans le Grand-Duché. L’Allemagne est deuxième (7,8 %), devant l’Italie (6,7 %).

Hors zone euro, le Royaume-Uni a vu, lui, son poids reculer l’an dernier, de 8 % à 6,7 %. Le vote en faveur du Brexit a entraîné une chute de la livre, ce qui a pu peser sur leurs investissements.

Autre acteur de référence, Norges Bank, la Banque centrale de Norvège, via son puissant fonds souverain. Il est présent dans pratiquement toutes les valeurs du CAC 40, dont il a pris en général entre 1,2 % et 2 % du capital. Mais il peut monter au-delà comme dans Legrand (deuxième actionnaire avec 4,95 %), Michelin (2,96 %), Pernod Ricard (2,58 %), Schneider (3,56 %) ou Valeo (4,8 %). Une présence qui tranche avec celle d’un autre fonds souverain, celui du Qatar, présent notamment dans Accor (10,20 %) ou dans Vinci (3,92 %).

Viennent ensuite les Etats-Unis, avec 33,3 % du total des actions détenues par les non-résidents. C’est plus qu’en 2015 (32,9 %). On retrouve ici les géants de la gestion d’actifs comme State Street, Vanguard, Fidelity MR et surtout BlackRock. Ce dernier est présent dans quasiment la totalité des entreprises du CAC 40 et il détient des positions fortes dans Accor (6,74 % du capital), Air Liquide (premier actionnaire avec 7 % du capital), AXA (2e avec 5,14 %) ou Michelin (1er avec 7,29 %). Selon Bloomberg, il détiendrait plus de 5 % du capital dans 10 sociétés du CAC 40.

Enfin les Asiatiques restent sous-représentés, à l’exception des Japonais (3 %). Mais on constate tout de même le renforcement d’un acteur de poids, le GPIF. Lefonds de pension japonais a modifié sa stratégie d’investissement l’an dernier dans un contexte de taux bas, en augmentant le poids des actions dans son portefeuille. Le GPIF est aujourd’hui actionnaires de quasiment toutes les entreprises du CAC 40 avec des participations comprises entre 0,3 et 1,3 %.

No Comments, Be The First!

Your email address will not be published.

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.