Riche Idée

26 septembre 2016
par @RicheIdee.com
1 Commentaire

Devenir propriétaire de votre logement : pourquoi pas vous ?

loi_duflotVous êtes de plus en plus nombreux à pouvoir devenir propriétaires. Comme beaucoup de ménages, vous pensez sûrement que devenir « propriétaire » ce n’est pas pour vous. Ou que vos revenus ne vous donnent pas droit aux mesures d’aide à l’accession…
Il est peut-être temps de changer d’avis et de reconsidérer les choses.

Déterminer votre budget
La première chose à faire est d’estimer votre budget et en particulier votre capacité d’emprunt. De nombreux sites internet vous proposent des simulateurs mais pour aller plus loin nous vous conseillons de prendre rendez-vous avec votre banquier ou un courtier. Il pourra vous orienter vers un partenaire financier comme Multi-Prêts pour calculer précisément votre capacité d’achat.

Quelques conseils pour faire construire ou bien acheter votre logement

  • Renseignez-vous avec précision sur les aides dont vous pouvez bénéficier : les Agences Départementales d’Information pour le Logement sont des organismes indépendants créés à l’initiative des pouvoirs publics et chargés notamment de vous aider de façon objective à évaluer la faisabilité de votre projet d’accession.
  • Faites vos comptes : appréciez correctement vos revenus et aussi les nouvelles dépenses induites par votre projet d’accession (charges de copropriété ou de lotissement, travaux à réaliser, frais d’emprunt, de mutation, de déménagement, taxe foncière) et comparez les charges avec celles de votre logement actuel (chauffage, déplacements domicile-travail…).
  • Souscrivez une assurance «dommage-ouvrage» qui vous garantit pendant 10 ans contre les malfaçons,et faites appel à des professionnels pour réaliser votre opération d’accession.
  • Permis de construire : la demande est à déposer à la mairie du lieu de construction.
  • Certains promoteurs réalisent des constructions respectant des normes environnementales renforcées : label «Haute Performance Énergétique», «Habitat et Environnement», «NF Maison individuelle démarche Haute Qualité Environnementale », … Exigez le détail des performances qui vous sont garanties et comparez.

24 septembre 2016
par @RicheIdee.com
0 Commentaires

Rejoignez maintenant la formation Gagner en Bourse Simplement!

growth or growing economy concept with business chart and young plantC’est parti! La dernière vidéo de la mini-série est accessible avec tous les détails sur la formation GeBS pour gagner à la HAUSSE et à la BAISSE. C’est une grande première pour gagner à la baisse 😉

ET Ben vient aussi tout juste d’ouvrir les inscriptions à sa formation complète. Tout est live!

>>> CLIQUEZ ICI pour rejoindre MAINTENANT la formation Gagner en Bourse Simplement

Dans cette vidéo, vous verrez les détails de la formation et la liste incroyable des bonus offerts par Ben!

C’est la première fois que je vois un programme aussi complet et avec un accompagnement aussi poussé!

Tout est possible quand on a la bonne méthode et le bon accompagnement.

Allez maintenant voir la dernière vidéo!

P.S.: Rappel – la formation de Ben fait beaucoup de bruit actuellement et plus de 20 000 personnes suivent ce lancement… les places vont partir vite 😉

23 septembre 2016
par @RicheIdee.com
0 Commentaires

Comment optimiser sa fiscalité en investissant en nue-propriété

SCPIInvestir dans l’immobilier en nue-propriété, que ce soit en immobilier physique ou en immobilier sous forme de parts de SCPI, peut répondre à trois grands besoins :

  • préparer sa retraite,
  • protéger sa famille,
  • et optimiser sa fiscalité.

Ce dispositif peut, en effet, procurer aux acquéreurs, selon leur situation personnelle, d’appréciables économies en matière d’Impôt sur le Revenu ou d’Impôt sur la Fortune (ISF).

Comment fonctionne l’investissement temporaire en nue-propriété ?
L’épargnant acquiert la nue-propriété d’un bien dont l’usufruit (la jouissance du bien) est temporairement cédé à un tiers pendant une durée connue à l’origine. En fin d’opération, l’investisseur devient automatiquement propriétaire du bien.

Ainsi à l’achat, l’investisseur ne paye que la partie du prix correspondant à la nue-propriété. Ce que l’investisseur ne paye pas équivaut aux loyers qu’il aurait perçus pendant la période de démembrement, s’il avait acheté le bien en pleine propriété et perçu des loyers.

Quel est l’intérêt précis de ce dispositif ?
L’intérêt du dispositif en pierre papier (SCPI), comme en immobilier physique, est le suivant :

Pour les clients actifs qui n’ont pas besoin de revenus, un achat en démembrement permet d’acheter le bien moins cher à l’origine avec à la clé la perception de loyers à la retraite lorsque l’investisseur a réellement besoin d’assurer un complément de revenus.
Pour les clients imposés à l’ISF : La nue-propriété ne rentre pas dans la base taxable ISF. Tout le temps du démembrement, cet investissement sort de l’actif des personnes imposées (et leur permet éventuellement de rester en-dessous du seuil des 1.3 Millions).
Pour les clients souhaitant optimiser leur transmission : en cas de décès ou de donation, la transmission se fait sur la nue-propriété. L’estimation fiscale de la nue-propriété est évaluée selon le nombre d’années d’usufruit restants.
​Rappelons, par ailleurs, que dans le cadre de l’immobilier physique, les taxes d’habitation, (pour l’usufruitier qui occupe le bien) et foncière sont à la charge de l’usufruitier.

Le démembrement en immobilier physique présente également des avantages qui peuvent être particulièrement intéressants pour les clients disposant déjà de revenus fonciers.

En effet, les clients qui ont acheté leur nue-propriété à crédit peuvent imputer les intérêts d’emprunt sur leurs revenus fonciers existants ou à venir procurant ainsi une économie d’impôt sur le revenu et de contributions sociales.

Enfin, pour les clients souhaitant vendre leur bien à l’issue de la phase de démembrement, le gain correspondant à la valeur de l’usufruit ne supporte pas l’impôt sur les plus-values. Par ailleurs, s’agissant de la nue-propriété, il est admis fiscalement de faire courir le délai de détention à compter de la date d’acquisition.

Avant tout investissement, notamment en immobilier physique, il convient de s’attacher aux indicateurs clefs tels que les objectifs recherchés, l’épargne disponible, son taux marginal d’imposition, son ISF, l’âge prévu de départ à la retraite, le montant prévisible de pension, son taux d’endettement…

21 septembre 2016
par @RicheIdee.com
0 Commentaires

Comment sont taxés vos placements via les prélèvements sociaux ?

impots_2014Les prélèvements sociaux connaissent une forte augmentation depuis quelques années.

Les prélèvements sociaux sont dus par les personnes fiscalement domiciliées en France, même si elles ne sont pas soumises à l’impôt sur le revenu.

De quoi sont composés les prélèvements sociaux ?
Le taux des prélèvements sociaux est aujourd’hui de 15,5% :

  • 8,2% de cotisation sociale généralisée (CSG)
  • 4,5% de prélèvement social, auquel s’ajoute une contribution de 0,3%
  • 0,5% de contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS)
  • 2% de prélèvement de solidarité

A l’exception du Livret A, du livret d’épargne populaire et du livret de développement durable, les produits d’épargne n’échappent pas aux prélèvements sociaux.

Comment sont prélevées ces contributions sur les plus-values de votre contrat d’assurance vie ?
Sur un contrat d’assurance vie monosupport en euros, les intérêts générés sont soumis chaque année aux prélèvements sociaux au taux en vigueur, au jour de leur inscription en compte.
Les produits inscrits aux contrats multisupports sont assujettis aux prélèvements sociaux de la manière suivante :

Les produits du fonds en euros sont assujettis annuellement aux prélèvements sociaux lors de leur inscription en compte.
Les produits des supports en unités de compte seront assujettis à ces prélèvements in fine, lors du rachat (total ou partiel), du dénouement du contrat ou du décès de l’Assuré.

19 septembre 2016
par @RicheIdee.com
2 Commentaires

Fraude à la redevance télé

Le non-paiement de la redevance télé est un sport national.

Une déclaration inexacte est passible d’une amende de 150 euros. De plus, un contrôle peut avoir lieu. Des agents du trésor public peuvent se présenter chez le particulier pour constater par procès-verbal la présence d’un téléviseur à son domicile.

Tout contribuable qui paye une taxe d’habitation est présumé détenir un poste de télévision ou dispositif assimilé. Si ce n’est pas le cas, il doit le préciser dans sa déclaration de revenus souscrite l’année au cours de laquelle la redevance est due, en cochant la case prévue à cet effet à la 1ère page du formulaire de déclaration.

Les personnes imposables à la taxe d’habitation mais qui ne souscrivent pas en leur nom une déclaration de revenus doivent directement informer leur centre des impôts de l’absence d’appareil ou de dispositif assimilé. Un formulaire spécifique leur sera remis.

Depuis le 1er janvier 2005, vous ne réglez qu’une seule redevance par foyer fiscal. Donc une seule redevance doit être payée pour toutes les personnes rattachées à ce foyer, quel que soit le nombre de récepteurs détenus ou de résidences occupées.

16 septembre 2016
par @RicheIdee.com
5 Commentaires

Quelle est la différence entre un découvert autorisé et une facilité de caisse ?

Il s’agit dans les 2 cas de crédits que votre banque peut vous accorder ponctuellement en cas de budget serré en fin de mois, si vous avez par exemple besoin de financer un gros achat, comme de l'électro-ménager lors d'un emménagement ou une voiture.

Dans le cadre d’une facilité de caisse : la banque accepte de régler vos paiements alors que votre compte de dépôt est déjà débiteur. Cette « tolérance » de la banque est ponctuelle (par exemple en fin de mois) et votre compte doit redevenir créditeur quelques jours plus tard. En compensation, votre banque applique des agios, c’est-à-dire vous facture des intérêts.

Un découvert autorisé doit quant à lui être négocié avec votre banque dès l’ouverture de votre compte de dépôt. En acceptant un certain seuil de découvert, votre banque honore tous les paiements effectués sur votre compte débiteur, dans la limite de votre autorisation de découvert.
Le découvert autorisé peut durer plus longtemps que la facilité de caisse. Il a également un coût pour le client : les agios. Ce sont des intérêts que la banque perçoit en contrepartie du dépassement de découvert autorisé. Par ailleurs, la banque peut demander au client débiteur de payer une commission pour chaque opération bancaire réalisée au-delà du montant du découvert autorisé.

15 septembre 2016
par @RicheIdee.com
0 Commentaires

Lehman Brothers, huit ans déjà

Lehman BrothersLa faillite de la banque Lehman Brothers en septembre 2008 a donné lieu une énorme crise financière mondiale.

Le 15 septembre 2008, la banque Lehman Brothers, l’un des acteurs majeurs sur le marché financier américain était déclarée en faillite. Il s’en est suivi l’une des plus graves crises financières depuis l’après-guerre, remettant en cause un modèle fondé sur l’autorégulation.

Cinq ans après cette faillite retentissante, le secteur bancaire a fait l’objet d’un durcissement de la réglementation. Même si la finance mondiale continue d’évoluer dans un environnement risqué et vulnérable, la chute de Lehman Brothers a servi de leçon à l’ensemble du secteur.

Pouvez-vous faire confiance à votre banquier ?
Ouverture d’un compte, prêt immobilier, conseils en placement, ouverture d’un livret défiscalisé… Le banquier est un incontournable. Mais depuis la crise de 2008, il a plutôt mauvaise réputation. Certains d’entre vous sont mal conseillés, d’autres sont naïfs. Tout le monde a perdu de l’argent à cette époque. Aujourd’hui, les banques clament en cœur que ce genre de déconvenues ne peut plus arriver grâce à une législation européenne. Celle-ci est censée protéger les investisseurs, surtout ceux qui n’y connaissent rien.
Concrètement, lorsque vous voulez investir un banquier doit dresser votre profil. Il doit déterminer si vous souhaitez par exemple prendre des risques.

Avez-vous perdu de l’argent suite à la faillite de Lehman Brothers ? Est-ce que vous faites confiance à votre banquier ?