Riche Idée

19 septembre 2014
par @RicheIdee.com
8 Commentaires

Intérêts simples et Intérêts composés

Il existe une grande différence entre un intérêt simple qui évolue de manière linéaire et un intérêt composé, qui évolue de manière exponentielle.
Une différence de taux d’intérêt, petite même, peut avoir un impact important sur le capital final.

Définition
L’intérêt est simplement le prix de mettre à disposition un montant d’argent (un capital) pendant une certaine période. C’est donc la rémunération de la location d’argent qui doit se déterminer en fonction d’un pourcentage (taux d’intérêt) appliqué sur le montant prêté ou emprunté et de la durée de mise à disposition de cet emprunt/prêt. Plus la durée d’un placement est longue plus on a tendance à exiger plus d’intérêt en retour ; et plus le montant prêté est grand plus le montant d’intérêt sera important.

Intérêts simples
Le taux d’intérêt (i) est appliqué à un capital initial (K) qui est fixe au fil des années.

Lorsque vous prêtez 1000 € (K) à l’Etat à 5% (=0,05), (i) sur 5 ans,

Formules
Année 0, le capital initial (K) est de = 1000 € K
Chaque année vous recevez un intérêt (i) = 1000 € x 0,05 K x i
Pendant 5 ans vous recevrez comme intérêts = 1000 € x 0,05 x 5 ans K x i x 5
Au bout des 5 années, votre K initial augmenté des intérêts i deviendra = 1000 € + 1000 € x 0,05 x 5 ans (K) +(K x i x 5)
On met K en facteur = K(1+i) x 5

Intérêts composés

Le taux d’intérêt (i) est appliqué à un capital qui augmente tous les ans après perception des intérêts p. Lorsque vous mettez 1000 € (K) sur une Assurance Vie à 5% (0,05), (i) sur 5 ans,

Formules
Année 0, le capital initial (K0) est de = 1000 €
La 1re année vous recevez un intérêt i = 1000 € x 0,05 K x i
La 1re année, après paiement des intérêts, votre K1, augmenté de i devient = 1000 € + 1000 € x 0,05 K + K x i
On met K en facteur = K(1+i)
La 2e année, l’intérêt est appliqué au K1 de l’année 1 augmenté des intérêts i (et non K0) = (1000 € + 1000 € x 0,05) x 0,05 K(1+i) x i
La 2re année, après paiement des intérêts, votre K2, augmenté de i devient = (1000 € + 1000 € x 0,05) + (1000 € + 1000 € x 0,05) x 0,05 K(1+i)+K(1+i) x i
Explication : le capital de l’année 2 est égal au capital augmenté de l’année 1 auquel on rajoute l’intérêt sur le capital augmenté de l’année 1.
On met K(1+i) en facteur = K(1+i)(1+i)
= K(1+i)²
Au bout de n années, on obtient la formule = K(1+i)n

17 septembre 2014
par @RicheIdee.com
2 Commentaires

Livre offert « Comment devenir RICHE »

Comment devenir riche. Guillaume, du blog dopeur de vie, un blog qui parle de développement personnel, vient de publier un livre numérique bien pertinent.

Guillaume a demandé à des blogueurs traitant de finances personnelles de produire un livre collaboratif contenant des articles sur le thème de l’argent. Guillaume m’a demandé de participer à ce projet en reprenant un de mes articles.
Ce livre comment devenir riche est téléchargeable ici. Ce document compile les meilleurs articles sur ce sujet.

Vous allez du même coup apprendre à connaître divers blogueurs sur le thème des finances personnelles.

Je vous laisse le soin de parcourir ce guide «Comment devenir riche» et n’hésitez pas pour me faire parvenir vos réactions à la suite de cette lecture.

16 septembre 2014
par @RicheIdee.com
1 Commentaire

J’attaque ma 9ème année de blogging

Le blog RicheIdée a bientôt 5 ans mais j’ai commencé à bloguer bien avant, le 16 septembre 2006 par l’ouverture d’un site http://blog.wynfo.net (site n’existant plus).logo wynfo
J’avais commencé quelques années auparavant avec un site wiki sur PhpNuke qui s’appelait http://progfrance.tuxmania.org ou http://progfrance.fr.st.
Cela ne me rajeunit pas car l’an prochain, je vais fêter mes 31 ans.
Je sais pas si je continuerais encore 8 années supplémentaires car les technologies ont tellement progressé depuis que j’ai commencé, je suis passé de Dotclear à WordPress en voyant défiler les versions de PHP, les changements de thèmes, les mises à jour, etc…
En 8 ans, je me suis jamais mis à la vidéo et je pense pas y passer encore avant un moment. J’espère vous faire partager mes connaissances, mes choix d’investissement, mes rapports boursiers encore plusieurs années et puis on verra bien où cela nous mènera.
A bientôt.

12 septembre 2014
par @RicheIdee.com
5 Commentaires

Donner plutôt que de jeter ?

Pour faire de la place chez soi, on ne jette plus. Vêtements, meubles, matériel informatique, tout se recycle et tout se récupère. Une deuxième vie qui rendra d’autres heureux.

Les groupes Emmaüs acceptent mobilier, électroménager et vêtements. On peut déposer les objets ou convenir d’un rendez-vous avec le groupe le plus proche de son domicile qui viendra les enlever. Adresses des différents groupes sur www.emmaus-france.org.

Le Relais, membre d’Emmaüs France, récupère vêtements, chaussures et linge de maison. Il faut déposer le textile dans des containers, directement dans les relais ou attendre que ceux-ci fassent une tournée de ramassage à domicile. Adresse des containers et des relais sur www.lerelais.org.

Pour le matériel informatique ou un téléphone portable : www.recyclez-moi.fr. On renseigne les références de son ordinateur ou de son téléphone portable. S’il est référencé, une offre de reprise vous est proposée. Si vous acceptez, vous envoyez votre bien à l’adresse indiquée. Vous pouvez être payé par virement bancaire ou en bon d’achat sur www.cordonweb.com ou www.meilleurmobile.com.

Une autre solution : déposer une annonce sur un site afin de trouver un repreneur pour du mobilier, de l’informatique, des vêtements, des outils, des jouets, de l’électroménager… Il existe une dizaine de sites qui proposent ce service, parmi lesquels www.donnons.org, www.recupe.net, corecyclage.com.

10 septembre 2014
par @RicheIdee.com
0 Commentaires

Dix valeurs opéables sur lesquelles miser en bourse

05947102-photo-capgemini-logoJ’ai découvert l’article Dix valeurs opéables sur lesquelles miser en bourse et je ne suis pas convaincu par cette sélection de valeurs « soit-disant » opéables.

Voici la liste des 10 valeurs proposées :

  • Havas
  • BSkyB
  • Faurecia
  • Gemalto
  • Edenred
  • Vodafone
  • Zodiac
  • Rexel
  • Capgemini
  • L’oréal

Il y a certes de belles valeurs mais certaines comme L’oréal ou Capgemini sont des « gros morceaux » désormais et font partie des leaders de leurs secteur donc difficilement achetables par leurs concurrents.

8 septembre 2014
par @RicheIdee.com
0 Commentaires

Idées d’Investissement : la piste scandinave

nordic-countries-etfPour l’investisseur à la recherche d’une rentabilité attractive, le placement en actions reste incontournable. Au prix, bien sûr, d’une prise de risque sur le capital engagé, dont il faut avoir conscience.
Parmi de très nombreuses possibilités, la piste scandinave, peu connue, mérite le détour.

Les actions scandinaves, en effet, ont un double intérêt. En tant qu’actions, tout d’abord, elles offrent, comme on le sait, la possibilité d’une vraie performance dans le temps. Mais elles ont également l’intérêt d’être situées dans une zone géographique tout à fait spécifique, très favorable aux entreprises.

Les pays scandinaves, Norvège, Suède, Danemark et Finlande, sont tous les 4 parmi les 8 pays les plus prospères au monde.

Ils présentent tous également des facteurs, enviables, de stabilité, tels que :

  • finances publiques solides,
  • forte cohésion sociale,
  • ressources naturelles,
  • flexibilité des devises

C’est sur ces bases, structurellement favorables de stabilité, que peuvent se déployer leurs entreprises.

Et la stabilité des pays engendre un vrai dynamisme des entreprises :

  • esprit d’entreprenariat,
  • innovation,
  • culture de l’export,
  • flexibilité du travail

Ce mix pays/entreprises particulier s’est effectivement révélé « payant » pour l’investisseur. Sur les 15 dernières années, l’indice MSCI Nordic Countries s’est apprécié de +81.6%, tandis que l’Euro Stoxx et le CAC40 progressaient respectivement de 4.8% et 4.6%, et le MSCI World de 10.6%.

Durant les 15 dernières années, les actions des pays nordiques ont, bien évidemment, comme l’ensemble des actions cotées, fait preuve de volatilité ; c’est-à-dire que leurs cours ont pu fortement varier, à la hausse et à la baisse, sur une période donnée.

Mais, au total, sur l’ensemble de cette période de 15 ans, elles ont performé, et même nettement « sur-performé » comme nous venons de le constater.

Au total, si d’une part on consent à une certaine prise de risque, indispensable pour obtenir de la performance, et si d’autre part, on accepte l’hypothèse que ce qui a permis cette sur-performance des actions nordiques a un caractère structurel, alors il peut être intéressant d’investir en actions spécifiquement dans cette zone.

5 septembre 2014
par @RicheIdee.com
4 Commentaires

Assurance vie et assurance décès : attention à ne pas confondre !

assurance-vieBien que leur appellation provoque souvent la confusion, ces deux produits sont les mêmes. L’un est un contrat dont l’épargne librement disponible vise à se constituer un complément de revenus en vue de la retraite, l’autre un contrat visant à garantir des conséquences d’un décès prématuré. Tous deux vous permettront d’assurer la sécurité matérielle de vos proches !

Deux types de contrat pour un même objectif

Dans la première formule d’assurance vie, vous versez une prime unique et/ou l’alimentez progressivement par des versements libres. Au terme ou en cas de décès, l’assureur versera un capital correspondant aux primes versées, revalorisées des intérêts ou des unités de compte investies. Le souscripteur a la libre disposition de son contrat.
Quant au deuxième contrat c’est un acte de prévoyance. Vous versez simplement une cotisation unique ou périodique (mensuelle, trimestrielle ou annuelle). En cas de décès en cours de contrat, le ou les bénéficiaires perçoivent un capital fixe, déterminé à la souscription du contrat. Si le risque ne survient pas, les cotisations versées ne sont pas remboursées.

Pour quels bénéficiaires ?

Les personnes (conjoint, enfants, entreprise de pompes funèbres, établissement financier…) désignés en qualité de bénéficiaires en cas de décès.

Combien ça coûte ?

Les cotisations d’une assurance décès sont déterminées à la souscription en fonction de plusieurs paramètres :

L’âge du souscripteur : pour un capital équivalent, plus son espérance de vie est élevée, plus les cotisations sont faibles.
Le capital choisi : la prime d’assurance est proportionnelle à ce dernier.
Elles sont versées à fonds perdus.
A l’inverse, les primes versées sur un contrat vie constituent progressivement votre capital.

Quel risque pour le souscripteur ?

L’unique risque pour le souscripteur d’un contrat en cas de décès (temporaire décès ou vie entière) est soit de ne plus être assuré, soit de voir son contrat réduit par l’assureur, suite au défaut de paiement des primes.

En matière d’assurance vie, le risque est lié à l’adossement de l’épargne. Les contrats en euros, majoritairement composés d’obligations, sont garantis par l’assureur et sans risque pour le souscripteur. L’espérance de rémunération est en revanche plus faible.
Les contrats d’assurance en unités de compte sont cependant adossés à des actifs financiers, qui peuvent fluctuer à la hausse comme à la baisse (actions, SICAV, fonds communs de placement…). Le souscripteur supporte le risque financier et dans le pire des cas, leur rentabilité peut s’avérer négative.

Une fiscalité très favorable

En cas de décès, les capitaux décès sont totalement exonérés de taxes ou de droits de succession, quand le bénéficiaire désigné est le conjoint ou le partenaire de pacs.

Pour tout autre bénéficiaire, l’assiette de taxation dépendra de la nature du contrat. Dans le cas d’un contrat rachetable, l’assiette est constituée de la valeur de rachat du contrat au jour du décès. Si le contrat comporte à la fois des garanties d’épargne et de prévoyance, comme par exemple l’assurance décès « vie entière », à la valeur de rachat, il conviendra de rajouter la prime correspondant au capital sous risque.

En revanche, pour les contrats non rachetables, type temporaire décès, l’assiette sera constituée de la prime annuelle ou prime versée à la souscription, en cas de versement unique.

A ces sommes, un abattement de 152 500 € par bénéficiaire sera déduit. Au-delà, un prélèvement de 20% sera effectué par la compagnie.

En cas de primes versées après le 70ème anniversaire de l’assuré, celles-ci seront taxables aux droits de mutation, au-delà d’un abattement global de 30 500 € pour l’ensemble des bénéficiaires.

En conclusion…

Chacun de ces deux types de contrats permet de transmettre un capital à ses proches. Ils trouvent leur intérêt à tout âge, y compris quand, très jeune, on ne ressent pas le besoin de prévoir une retraite encore lointaine ou de protéger son conjoint. Or, une épargne, même modeste, fructifiera considérablement en l’espace de deux ou trois décennies. Et le coût d’une assurance décès souscrite dès 40 ans s’intégrera sans difficulté dans n’importe quel budget.

3 septembre 2014
par @RicheIdee.com
3 Commentaires

Je n’ai pas reçu ma taxe d’habitation, que faire ?

Que vous soyez propriétaire, locataire ou occupant à titre gratuit, la taxe d’habitation est due pour vos résidences principale et secondaire. Vous la recevez en fin d’année, généralement au mois d’octobre, pour un paiement le 15 décembre au plus tard. Ça n’a pas été le cas ?

Etes-vous redevable de la taxe d’habitation ?

En principe, cette taxe est due par l’occupant d’un logement au 1er janvier.

Cependant, des subtilités existent. Vous avez emménagé dans un nouveau logement en cours d’année ? Vous devrez payer la totalité de la taxe d’habitation au titre de votre ancien logement, mais rien pour votre nouvelle habitation.

Ou encore, lorsqu’un bien est mis en location saisonnière, même si un locataire est présent dans les lieux au 1er janvier, c’est le propriétaire qui supporte la taxe.

Autre possibilité, vous avez pu être exonéré de cette taxe. C’est le cas si, en tant que propriétaire, vous avez été en mesure de prouver que votre logement meublé n’était pas occupé au 1er janvier (logement vide entre le 24 décembre et le 10 janvier par exemple).

Enfin, si vous occupez une chambre meublée chez une personne qui loue ou sous-loue une partie de son habitation, vous n’êtes pas redevable de cette taxe.

Qui est exonéré de taxe d’habitation ?

Sous certaines conditions, peuvent être exonérées les personnes :

  • titulaires de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) ou de l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI),
  • atteintes d’une invalidité ou d’une infirmité les empêchant de subvenir par le travail à leurs besoins, et titulaires de l’allocation aux adultes handicapés (AAH),
  • âgées de plus de 60 ans, ainsi que les veufs ou veuves, quel que soit leur âge, et non soumis à l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) l’année précédente.

Vous êtes redevable de cette taxe mais ne l’avez pas reçue. Que faire ?

Le mieux est de prendre contact avec les services fiscaux locaux. Vous trouverez leurs coordonnées téléphoniques, e-mail et courrier sur votre dernier avis d’imposition sur le revenu.

Le cas échéant, utilisez le moteur de recherche du site des impôts pour trouver le service dont vous dépendez.