Riche Idée

2 août 2017
de @RicheIdee.com
3 commentaires

#4 – SCPI : Quels revenus les parts de SCPI procurent-elles ?

Les investisseurs peuvent percevoir des dividendes généralement sous la forme d’acomptes trimestriels.
Ils sont tirés principalement des recettes locatives nettes (recettes moins frais d’exploitation et provisions) du patrimoine de la SCPI (et accessoirement de produits financiers issus du placement des liquidités de la société).
La SCPI bénéficie de la transparence fiscale, l’investisseur n’est donc pas imposé au titre des dividendes qu’il reçoit, mais :

  • sur les revenus locatifs (avant frais d’exploitation et provisions) de la SCPI, proportionnellement à sa quote-part, au titre de l’impôt sur le revenu (catégorie revenus fonciers) ;
  • sur les revenus financiers de la SCPI, proportionnellement à sa quote-part (avec la faculté d’opter pour le prélèvement libératoire de 31,3% ;
  • lors de la cession d’immeubles par la SCPI, celle-ci est imposée sur la plus-value réalisée (il y a exonération si le prix de cession de l’actif est inférieur ou égal à 15000 euros). Il s’agit d’un prélèvement forfaitaire de 16%. Un abattement de 10% par an est appliqué sur le montant de la plus-value, à compter de la cinquième année de détention ainsi qu’un abattement fixe de 1 000 euros sur le montant de la plus-value brute après application de l’abattement pour durée de détention. La plus-value est exonérée au-delà d’une durée de détention de quinze ans. Le même régime est applicable en cas de cession de parts de SCPI par un porteur. Seule l’exonération tenant au montant de la cession (seuil de 15 000 euros) n’est pas applicable

31 juillet 2017
de @RicheIdee.com
0 Commentaires

Portefeuille Actions Juillet 2017

Juillet 2017
Performance du mois : 0.12%
Performance du mois du CAC40 NR (Dividendes Nets Réinvestis) : 0.14%
Performance du mois de Carmignac Investissement : 2.87%

Année 2017
Performance depuis le 01/01/2017 : 1.18%

Création du portefeuille (Février 2011)
Performance du portefeuille depuis sa création : 86.41%
Performance du CAC40 NR (Dividendes Nets Réinvestis) depuis la création du portefeuille : 50.40%
Performance de Carmignac Investissement depuis la création du portefeuille : 44.4%

Stratégie du mois
La stratégie du mois a été de toucher les dividendes et d’attendre pour réinvestir ceux-ci.

Dividendes du Mois

  • CYS Investments Inc
  • RUBIS

Evolution de la valeur de la part / Performance mensuelle / Performance du portefeuille depuis sa création

Composition Portefeuille

28 juillet 2017
de @RicheIdee.com
2 commentaires

#3 – SCPI : Quelles sont les différentes catégories de SCPI ?

On distingue deux types de SCPI :

  • les SCPI détenant un patrimoine composé d’immeubles à usage commercial (bureaux, entrepôts, boutiques, etc.). Ces actifs génèrent des revenus généralement supérieurs à ceux de l’immobilier d’habitation et ont pour principal objectif la distribution des revenus. Elles représentent la majorité des SCPI existantes ;
  • les SCPI détenant un patrimoine à usage d’habitation. Ces actifs génèrent des revenus de moindre importance mais s’inscrivent dans des dispositifs fiscaux permettant aux investisseurs de bénéficier d’éco nomies d’impôt, sous réserve qu’ils conservent leurs parts pendant une durée minimale de cinq à douze ans.

26 juillet 2017
de @RicheIdee.com
0 Commentaires

#2 – SCPI : Quel est leur fonctionnement ?

La SCPI est gérée soit par une société de gestion de SCPI soit par une société de gestion de portefeuille
habilitée à gérer des OPCI (organismes de placement collectif immobilier) agréées par l’Autorité des marchés financiers (AMF). La société de gestion est désignée dans les statuts ou par décision de l’assemblée générale à la majorité des voix (elle est révocable par cette assemblée dans les mêmes conditions).

L’assemblée générale ordinaire des associés (un détenteur de parts de SCPI est un associé) est l’organe souverain. Elle se réunit au moins une fois par an; les décisions importantes de gestion (orientation d’investissement, augmentation de capital) sont soumises à son approbation, de même que les comptes et la valorisation du patrimoine.

La loi a prévu au sein de la SCPI un conseil de surveillance. Cet organe indépendant de la société de gestion est composé d’au moins 7 porteurs de parts désignés par l’assemblée générale. Il est chargé d’assister la société de gestion; il peut, à toute époque de l’année, opérer les vérifications et contrôles qu’il juge opportuns, et demander à la société de gestion un rapport sur la situation de la SCPI.

Un expert immobilier indépendant est désigné par l’assemblée générale et procède à une expertise du patrimoine immobilier tous les cinq ans (sur place), puis à une actualisation annuelle (sur dossier).

24 juillet 2017
de @RicheIdee.com
5 commentaires

#1 – SCPI : Qu’est ce qu’une SCPI ?

Je débute une série de plusieurs articles sur les SCPI même si j’en avais déjà parlé, il y a quelques années dans l’article #2 – Idée de placements originaux : SCPI. J’ai réalisé mon investissement en février 2011 et cela faisait parti de mes objectifs 2011.

Définition
Une société civile de placement immobilier (SCPI) est une société ayant pour objet exclusif l’acquisition et la gestion d’un patrimoine immobilier locatif.
Les sommes collectées sont affectées à l’acquisition d’immeubles, à usage commercial ou d’habitation, qui seront mis en location.
La SCPI perçoit des revenus locatifs et supporte des charges d’entretien et de travaux. Les parts de SCPI sont des instruments financiers.

21 juillet 2017
de @RicheIdee.com
5 commentaires

Quelle stratégie d’épargne choisir à 40 ans?

A 40 ans, c’est le moment d’assurer que votre famille est protégée en cas de coup dur. Ensuite, cap sur la diversification de votre épargne, en ayant en tête les impacts fiscaux de vos investissements.

Priorité n°1 : protéger ses proches

A 40 ans, l’heure est à la prévoyance. Votre conjoint et vos enfants sont-ils protégés des conséquences liées à un arrêt de travail, une maladie ou un décès ? Pour une couverture complète, il est préférable de souscrire un contrat de prévoyance adapté à votre situation familiale et professionnelle.

Ce genre de couverture prévoit généralement le versement d’un capital en cas de décès ou d’invalidité, d’une rente éducation pour préserver l’avenir de vos enfants, ou encore d’indemnités journalières pour maintenir votre niveau de vie si vous n’êtes plus en mesure de travailler.

Autre solution pour protéger vos proches : souscrire un contrat d’assurance vie. Certains contrats sont assortis d’une « garantie plancher » : en cas de décès, elle assure aux bénéficiaires désignés dans votre contrat le versement d’un capital minimum garanti et déterminé à l’avance. Pour cela, pensez à rédiger soigneusement la clause bénéficiaire de votre contrat.

Incontournable : diversifier ses placements

A 40 ans, vous disposez en principe de revenus plus confortables. L’idée est alors de vous constituer un patrimoine équilibré entre immobilier, placements financiers et liquidités.
Assurez-vous d’abord de posséder une épargne de précaution équivalente à 3 mois de salaire au moins. Cela vous permettra de faire face à un éventuel coup dur.

Vous n’êtes pas encore propriétaire de votre résidence principale ? Il est encore temps : en réalisant un apport personnel plus conséquent qu’à 30 ans, vous pourrez réduire la durée de remboursement de votre prêt immobilier.

En outre, profitez d’un horizon de placement encore lointain pour investir en bourse.

En savoir plus : Portefeuille Riche Idée

Optimiser la fiscalité de ses placements

Même si ce critère ne doit jamais prévaloir, certains placements permettent de réduire le montant de votre impôt sur le revenu.

C’est le cas du dispositif Scellier, qui permet une défiscalisation de l’immobilier locatif : en contrepartie d’un engagement de location, vous pouvez profiter d’une réduction d’impôt égale à 13 % du prix de revient du logement. Il sera supprimé fin 2012.

D’autres placements bénificent d’avantages fiscaux spécifiques : par exemple l’investissement dans des sociétés non cotées par le biais de FIP (Fonds d’Investissement de Proximité) ou de FCPI (Fonds Commun de Placement dans l’Innovation).

Envisagez ces solutions avec prudence même si, à 40 ans, vous disposez du temps nécessaire pour profiter du rendement potentiel de placements plus risqués !

En savoir plus : FCPI : réduire ses impôts devient un cauchemar

19 juillet 2017
de @RicheIdee.com
4 commentaires

Quelle stratégie d’épargne choisir à trente ans?

A 30 ans, l’heure est aux projets de long terme ! Votre situation professionnelle se stabilise ou se précise, certains fondent une famille, bref votre horizon de placement se concrétise. C’est le moment de réaliser des investissements diversifiés et de long terme… tout en prenant certaines précautions.

Priorité n°1 : se constituer une épargne de précaution

La première chose à faire est d’épargner ! Vous devez pouvoir vous constituer un matelas de sécurité équivalent à 3 mois de salaire au moins. Cela vous permettra de faire face à un éventuel coup dur.

Vous pouvez choisir de placer cette épargne disponible sur un livret bancaire réglementé, ou sur celui proposé par votre banque. L’assurance vie est aussi une option pour votre épargne disponible, même s’il est recommandé de ne pas faire de rachat avant 4 ans pour des raisons fiscales.

En savoir plus : Construire un fond d’urgence

Souscrire un contrat d’assurance vie

Véritable couteau suisse de l’épargne, l’assurance vie vous permet de répondre à plusieurs objectifs, quel que soit votre horizon de placement.

Vous pouvez en souscrire une dans le but d’épargner afin de réaliser à moyen terme un projet, immobilier par exemple. Vous placez une partie de votre épargne sur des supports financiers : les unités de compte, et pouvez ainsi bénéficier du potentiel de croissance des marchés financiers.

Selon votre sensibilité au risque, différents modes de gestion vous sont proposés afin de définir votre profil d’investissement (prudent, équilibré, dynamique).
Vous pouvez également souscrire une assurance vie pour vos enfants.

Commencer à préparer votre retraite

A 30 ans, il n’est pas trop tôt pour commencer à préparer sa retraite. Pour cela, épargnez sur votre contrat d’assurance vie pendant au moins 8 ans, afin de bénéficier de la fiscalité avantageuse de ce type de contrat.

En cas de contrat d’assurance vie à durée déterminée, vous aurez le choix, en fin de contrat : récupérer votre épargne sous forme de capital, effectuer des rachats partiels au fil de vos besoins ou bénéficier d’une rente à vie pour compléter vos revenus. Idéal pour un complément de revenus lors de votre retraite.
En cas de contrat souscrit pour une durée de vie entière, vous pouvez le racheter totalement, quand vous le souhaitez.

En savoir plus : Préparer sa retraite : le plus tôt sera le mieux

Acquérir sa résidence principale

30 ans, c’est l’âge idéal pour devenir propriétaire de son logement. Au plus tard à 55 ans, vous aurez en principe terminé de rembourser votre prêt immobilier.
Si comme de nombreux français vous revendez votre 1er logement au bout de 5 à 8 ans parce que la famille s’agrandit, la plus-value éventuellement dégagée pourra être réinvestie dans un deuxième achat.

Autre intérêt de concrétiser cet achat au plus tôt : le montant de l’assurance emprunteur adossée à votre crédit immobilier. A 30 ans, si vous êtes en bonne santé, vous pourrez souscrire auprès de la société d’assurance de votre choix, un contrat mieux adapté à votre situation personnelle.

En savoir plus : Notre recherche de crédit immobilier

Investir sur les marchés boursiers

Vous avez intérêt à commencer à investir en bourse le plus tôt possible, car il s’agit d’un placement potentiellement rémunérateur sur le long terme.

En complément de votre assurance vie, qui vous permet d’investir sur les marchés financiers à travers des OPCVM, vous pouvez souscrire un PEA (Plan Epargne en Actions) dans le cadre d’un contrat de capitalisation ou ouvrir un compte-titres.

Il convient de préciser que la valeur des unités de compte est sujette à fluctuation à la hausse comme à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. Le souscripteur assume seul le risque d’investissement sur le support en unité de compte.

Vous pourrez y placer votre épargne financière, y compris actions, trackers ou obligations…

En savoir plus : Portefeuille Riche Idée

17 juillet 2017
de @RicheIdee.com
Un commentaire

Les différences entre crédit amortissable et crédit in fine


Pour faire votre choix entre le prêt amortissable et le prêt in fine vous devez vous référer à votre revenu.

Le prêt in fine ne couvre que les intérêts, vous rembourserez le capital en un seul paiement à la fin du prêt. Avec cette solution vous payerez plus d’intérêts vu que le capital n’est pas amorti sur la durée de l’emprunt. A se demander si effectivement il y a un réel intérêt à ce type de prêt. Toutefois avec le prêt in fine, vous avez la possibilité de placer chaque mois ou à tous les deux mois, les montants qui ne sont pas consacrés au remboursement du capital mensuellement. La plupart des utilisateurs du prêt in fine ont la possibilité de déduire de leurs revenus les intérêts payés sur le capital à la fin du contrat.

Le prêt amortissable est celui qui est le plus fréquemment utilisé. Les mensualités servent à couvrir une partie des intérêts et une partie du remboursement du capital pour arriver à la fin du contrat avec la dette payée entièrement. Cette solution évite le placement et le calcul mensuel qui doit être fait par l’emprunteur. Tout se fait automatiquement.

En conclusion, pour la plupart des citoyens qui ne veulent pas avoir à se préoccuper de placement d’argent en prévision du remboursement du capital, le prêt amortissable est la meilleure solution. Toutefois si vous êtes dans la dernière tranche d’imposition sur le Revenu il est plus avantageux d’emprunter in fine.